Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 21:39

Pour les incultes, le titre est emprunté à Cécile Sorel, comtesse de Segur(*).

Cette année, parmi les nombreux cours que je donne pour la première fois et qui me font zapper le repas avec les collègues et me coucher à pas d'heure, il y en a un qui a commencé la semaine dernière. Comme les autres ont commencé avant, je n'avais pas spécialement de temps pour celui-là. Du coup la première semaine j'y suis allée honteuse, avec des transparents à projeter presque prêts, mais pas tout à fait. Bien sûr j'ai récupéré des vieux cours, bien sûr depuis j'avais changé de façon de faire des figures, bien sûr ce n'était pas compatible, bien sûr je devais tout changer, bien sûr je n'ai pas eu complètement le temps. Je suis donc arrivée sans avoir mis les supports en ligne et en ayant failli réussir à les imprimer. Belle première impression(**), d'autant plus que le collègue qui a fait la première moitié du cours avait des transparents nickel ET disponibles en ligne. S'en est suivi un numéro de jonglage entre un vieux cours avec pas le bon contenu mais les bonnes figures et un nouveau cours avec le bon texte mais des figures qui manquent. La classe.

Pour la deuxième semaine je me devais donc d'essayer de faire mieux. J'ai donc corrigé, travaillé, terminé le cours de la semaine dernière et fini de préparer la séance du jour avec plus d'une demie-heure d'avance, et même en mangeant avec mes collègues(***). J'aurais dû me méfier.

Je pars donc de mon bureau avec 5 royales minutes d'avance, j'ai tout mon matériel, je suis prête, tout est en ligne. Seulement pour aller de mon bureau à la salle il y a des escaliers.

  • Deux étages dans mon bâtiment : Check
  • Un étage à la sortie du bâtiment : Check
  • Un étage pour descendre le long de la colline et arriver devant chez les matheux : Check
  • Un autre étage le long de la coll…..

Et là, c'est le drame… un pied qui bute dans une marche, le corps qui continue à avancer, sans les pieds. Pourtant je ne faisais rien : pas de téléphone, je regardais où j'allais, rien de mal. Seulement la conscience tranquille ça n'aide pas à voler. Je suis donc partie la tête la première et j'ai réussi in extremis à me rattraper à la rambarde ce qui m'a permis de ne pas rouler bouler jusqu'en bas. J'ai donc juste cogné le menton sur la rambarde en métal, râpé mon pouce, un peu tordu ma cheville et bien râpé un de mes genoux.

Oui ça fait mal, mais ça n'empêche que j'ai cours. Je me traîne donc dans la fin des escaliers, cramponnée à la rambarde. Je limace sur le plat, grimace dans la montée et arrive dans la salle. Là tout va bien, sauf que j'ai tout de même besoin qu'on soigne mon genou si je ne veux pas ensanglanter mon dernier pantalon(*v). Je choisis donc l'appel à un ami(v). Seulement mon téléphone est très performant, il donne l'heure, surfe sur le net, fait boussole, console de jeux, appareil photo… mais son micro est en panne. Et là pour le coup j'aimerais bien parler à Lux. Je quémande donc un portable à un de mes étudiants pour expliquer mon malheur à Lux que je charge de me trouver de quoi désinfecter et emballer mon genou. Il finit par arriver avec une trousse de premiers secours et je pare au plus pressé. Trois heures studieuses plus tard(v*), je dis au revoir aux étudiants, en me demandant ce que je vais encore inventer la semaine prochaine.

Entre nous si je peux juste être ridicule sans avoir mal, j'achète.

(*) évidemment que je suis allée regarder sur Wikipedia et que je ne savais pas de qui était cette citation. Vous me prenez pour qui ? Une fille cultivée ? Mouarf !

(**) heureusement ce sont des grands, pour certains ils me connaissent depuis deux ans, je suis donc déjà grillée. Plus grand chose à perdre.

(***) mais en les plantant avant le dessert, il ne faut pas abuser !

(*v) d'ailleurs je suis désolée, il n'a même pas craqué, vous êtes sans doute déçus, je vous ai habitués à mieux

(v) les étudiants me demandent si je ne préfère pas le 50/50. Aucune pitié.

(v*) et un changement de salle, parce que le logiciel dont nous avions besoin ne fonctionnait pas dans la première. Un tour de limace dans l'escalier gratuit du coup ! Youhouhouille ! :o(

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Rhalala 19/11/2013 10:35

Faut pas te sentir obligée de faire des cascades pour nous écrire des billets drôles. Parce que oui, j'ai ri, désolée... Soigne-toi bien quand même !
Mais il reste LA question à laquelle tu ne réponds pas et qui va laisser tous tes lecteurs haletants : as-tu troué ton dernier pantalon ?? Si oui, dans quelle tenue viens-tu au boulot ? :-)

Blabala 19/11/2013 23:02

D'un autre côté si tu ne râlais pas tu ne mériterais plus ton surnom. Alors, tu as exécuté ta pénitence ?

Rhalala 19/11/2013 22:21

Mea maxima culpa... Tu as raison (dans ton astérisque), je suis un peu déçue... ;-)

Blabala 19/11/2013 13:50

Et ça sert à quoi que j'écrive des astérisques si tu ne les lis pas ?
Pour ta peine tu es condamnée à relire les 20 dernières astérisques de ce blog !

Présentation

  • : Adieu Paris, Bonjour Nancy
  • : Un regard neuf sur une nouvelle ville, un nouveau boulot et un nouveau mode de vie (ou presque). Un peu d'humour souvent, de nostalgie parfois, et plein d'histoires à raconter sur notre nouvelle ville, nous, les moustiques enrhumés... et j'en passe.
  • Contact

Recherche

Archives