Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 12:12

Oui je suis vilaine, mardi quand j'ai fait de la cuisine j'ai mis deux photos sur le net, photos que voici :

 

ameliecuisine.JPG

 

cookies.JPG

 

Ça a déclenché pas mal de réactions, du fait que je devrais culpabiliser à tenter les gens comme ça, que ma fille est adorable, que moi j'ai du temps (à perdre ?) aux commentaires sur ce que d'autres avaient cuisiné de bon pendant ce temps là. Comme les cookies ont eu l'air de plaire, j'entreprends donc de vous donner la recette.

Pour la petite histoire, cette recette figurait sur des tablettes de chocolat(*) avant d'être adoptée par Rhalala, testée et approuvée par une fille de boulanger de nos amis. Nous l'avions goûtée plein de fois et enfin après de longues suppliques Rhalala l'a enfin envoyée à Lux ce qui lui a valu une entrée dans notre pile de recettes de cuisine. En exclusivité bloguifique je vous la livre.

 

Ingrédients :

- 300g de chocolat (**)

- 400g de farine

- 300g de sucre roux (***)

- 200g de beurre

- 2 oeufs

- 1 sachet de levure chimique

- 1 sachet de sucre vanillé

- 1 pincée de sel

 

Réalisation : 

Tout d'abord si vous ne voulez pas lessiver toute la cuisine, argumenter pendant des heures sur le fait que oui on peut en manger un bout mais non pas tous les bouts qu'on a coupé, recoller des bouts de doigts perdus au milieu de morceaux de chocolat, il est recommandé de couper (grossièrement en pépites) le chocolat avant l'arrivée des moustiques.

Ensuite il faut battre les oeufs avec le sucre et le sucre vanillé jusqu'à l'obtention d'une consistance mousseuse. Alors là aussi on modifie un peu l'énoncé de la recette. On dit à son moustique qu'il faut mélanger doucement, on surveille, on rappelle x fois qu'il faut bien tenir le saladier pour ne pas qu'il atterrisse par terre. Enfin on félicite le moustique et on dit qu'on va un peu mélanger aussi. Et là on tente la consistance mousseuse.

Là on laisse son moustique verser la farine. Bien évidemment le téléphone sonne. On stoppe le versage de la farine. On court répondre, trop tard, l'interlocuteur a raccroché. On rappelle en courant dans la cuisine, on empêche Crème de verser la farine par terre. On parle à un répondeur. On repose le téléphone hors de portée de la farine. On dit à Crème qu'elle peut reprendre. Le téléphone re-sonne, on re-stoppe Crème dans son élan, on re-court pour le téléphone. On abrège la conversation, on récupère la farine encore dans le verre doseur, et on reprend. Oui sauf que "verser doucement" est un concept difficile. Les 5 premières fois on a le droit à une cuillerée de farine qu'on est prié de touiller avec conviction sinon on se fait houspiller par une mini cuisinière offensée. Et la dernière fois tout le reste tombe d'un coup, et il ne reste plus qu'à jouer la duper-maman pour tenter d'éviter les grumeaux. 

On y ajoute la levure, passée au tamis. Enfin plutôt on tente d'expliquer qu'il faut tapoter le tamis pour que la levure passe au travers. D'abord le moustique ne comprend pas, elle tapote avec son doigt, on reexplique, mais c'est une mauvaise idée. Parce que quand elle finit par comprendre elle tape avec vigueur sur le rebord du saladier et du coup… la moitié de la levure atterrit à côté du tamis, dans le saladier mais pas tamisée.

On ajoute le beurre fondu et on touille le tout. La pâte est bien épaisse et le fouet qui marchait bien pour faire de la mousse peut être abandonné pour une bonne vieille cuillère en bois… après avoir expliqué que non toute la pâte emprisonnée au milieu du fouet n'est pas perdue, on va la récupérer.

Il reste à incorporer les pépites de chocolat mais sans trop mélanger sinon on les casse. Là vue la consistance de la pâte j'ai remercié le moustique et l'ai invitée à aller se laver les mains car elle avait bien cuisiné.

Si vous avez le temps je vous invite à laisser un peu reposer la pâte au frigo, parce que si le beurre fondu c'est bien pour homogénéiser la pâte, ça l'est moins pour la façonner. C'est trop mou et ça colle partout. Et puis ça fait une coupure, la pâte est au frigo, la petite cuisinière est donc obligée d'aller voir ailleurs si elle peut jouer.

Quand vous sortez la pâte du frigo vous en faîtes des boudins de genre 3-4cm de diamètre et arrive un moment délicat : gérer la crise de qui va couper les boudins de pâte. Les deux moustiques ne sont pas d'accord, chacune veut couper, et on tranche en disant que la grande(*v) n'a pas encore cuisiné(v) et que c'est elle qui doit remercier la super maman de la danse.

Bon là en voyant son assistante vieillir de deux ans en un instant on y gagne aussi en dextérité. Bon pas besoin de choisir un couteau de boucher pour couper la pâte, mais avec une supervision assez légère les boudins sont coupés en tranches (v*)

(*) d'où les proportions généreuses en chocolat, mais on leur pardonne, c'est bon !!!

(**) il parait que c'est mieux les tablettes de 100g, c'est plus facile à couper, et je confirme. J'avais des tablettes de 200g et c'était un peu galère à couper

(***) j'avais du blond entamé, et ça n'a pas explosé

(*v) qui une heure plus tôt vous a fait une crise en vous disant qu'elle n'aimait pas cuisiner mais qui bien évidemment n'a pas changé d'avis

(v) parce qu'en tant que parent héroïque vous avez résisté à l'envie pourtant très forte de lui dire qu'elle est bien gentille mais qu'une heure plus tôt elle vous a fait une crise affirmant avec véhémence qu'elle n'aimait pas cuisiner et que du coup elle a gagné le droit de méditer sur les vertus de l'honnêteté pendant le reste de la séance cuisine. Non mais ho !

(v*) dont l'épaisseur varie en fonction du diamètre du boudin et de la taille des cookies souhaitée

Partager cet article

Repost 0
Published by Blabala - dans Gastronomie
commenter cet article

commentaires

tiffany 28/10/2012 11:33

y'a plus qu'a tester :)

Blabala 28/10/2012 15:34



Bon appétit.
P.S.: ça se fait aussi sans les enfants dans les pattes. 



Présentation

  • : Adieu Paris, Bonjour Nancy
  • : Un regard neuf sur une nouvelle ville, un nouveau boulot et un nouveau mode de vie (ou presque). Un peu d'humour souvent, de nostalgie parfois, et plein d'histoires à raconter sur notre nouvelle ville, nous, les moustiques enrhumés... et j'en passe.
  • Contact

Recherche

Archives