Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 19:41

Fibre écolo + jardin = composteur. 

Eh bien oui, même si pour le moment le summum de mes capacités en jardinage est d'empêcher Basile (le basilic) de mourir complètement(*), nous avons acquis un composteur. Ce n'est donc pas tant pour fertiliser le jardin que pour limiter grandement les déchets mis à la poubelle. Oui parce que non seulement les épluchures et autres poudre de café font du volume, mais ce sont des déchets plein d'eau. Et vu qu'en général ils finissent brûlés, ce n'est pas idéal. Va-t-en essayer de brûler de l'eau tiens. 

Nous avons donc profité de l'absence des "grandes" pour aller faire un tour au local portant le doux nom de "maison de la propreté". Mignon non ? Bien sûr en débarquant avec Plume, 6 jours, nous avons un peu fait sensation et déconcentré les gens en détournant leur discussion tournant autour de sacs pour déchets recyclables, composteurs et compagnie. La dame au comptoir, très gentille et prévenante et avec un faux air d'Eva Joly dans l'accent comme dans l'apparence, explique à Lux les deux types de composteurs qu'ils vendent, le petit en plastique et le gros en bois, tous deux subventionnés pour moitié par la commune. Vu que ce machin est lourd et que nous sommes en tram', il est décidé que nous repasserons une autre fois en voiture(**), et nous repartons.

Enfin Lux repart. Pour ma part Plume a profité de l'arrêt pour manifester son appétit, et j'ai dû nous démomifier(***) pour lui donner son x-ième repas de la journée. Seulement qui dit démomifier dit remomifier. Et pour ça il faut poser la miss un instant. Comme les lieux n'étaient pas favorables, j'ai demandé à Eva si elle ne voulait pas m'aider, mais elle n'osait pas(****). Elle a donc proposé les services d'un jeune homme qui venait d'entrer. Comme ledit homme avait plus l'air content que dégoûté je lui ai donné la couche coton en disant que c'était pour éviter de se salir. Oui sauf qu'il n'avait apparemment pas trop l'habitude de tenir un enfant, du coup il a approché se deux mains l'une de l'autre, paume vers le ciel, mis la couche coton dessus comme un napperon et attendu apparemment que je pose la puce dessus :o/ Etant donné que je n'avais pas une marmite à lui donner à essuyer, j'ai gentiment pris la couche, l'ai mise sur son épaule et collé la miss dessus, qu'il n'avait plus qu'à tenir en place. Il n'avait pas l'air très à l'aise mais la tenait à peu près correctement.

Quelques emberlificotages plus tard j'ai repris la demoiselle afin de la ficeler correctement pendant qu'elle commençait sa x+1 ième sieste de la journée. J'ai donc remercié le jeune homme, qui m'a répondu qu'au contraire, c'était lui qui me remerciait, et que c'était un honneur pour lui !

Il faut dire que porter une petite puce de 6 jours n'était pas tout à fait dans son planning :o) il était juste venu… pour connaître les jours et heures de collecte des ordures ménagères et des sacs de recyclage. Comme quoi il faut s'attendre à tout.

A suivre les aventures de Lux et du composteur.

(*) oui parce que très souvent il a fait la tête, et très récemment il avait l'air en coma dépassé : les feuilles étaient non seulement flétries et tombantes, comme d'hab, mais sèches :o/ Mais Basile doit avoir du sang de Phoenix dans les veines : une petite innondtion plus tard il y a de nouveau des feuilles mangeables, même si certaines ne redeviendront pas vertes, il ne faut pas trop en demander non plus.

(**) oui la fibre écolo a ses limites, qui sont placées avant le fait de porter un cube de bois de plus de 80cm de côté pendant quelques 15mn au total.

(***) nous étions toutes deux emballées en écharpe 

(****) je comprends, du haut de ses 6 jours Plume, repue et à moitié endormie, avait l'air d'une redoutable prédatrice

Partager cet article

Repost 0
Published by Blabala - dans Chez nous
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Adieu Paris, Bonjour Nancy
  • : Un regard neuf sur une nouvelle ville, un nouveau boulot et un nouveau mode de vie (ou presque). Un peu d'humour souvent, de nostalgie parfois, et plein d'histoires à raconter sur notre nouvelle ville, nous, les moustiques enrhumés... et j'en passe.
  • Contact

Recherche

Archives