Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 21:07

Non non nous n'avons pas fêté ce jour en hurlant "casser laaa voiiiiiiix" à pleins poumons le soir sur une colline, en mangeant des oeufs au plat transportés dans une boîte en plastique (*).

Non, pour la fête nationale irlandaise, quoi de mieux qu'un (voire même plusieurs) matches de rugby entre amis ? Et, coup de veine, aujourd'hui était le dernier jour du tournoi des six nations. Une bonne excuse pour inviter des (ex)rugby(wo)men et néanmoins amis. 

Oui bon quand on invite des rugbymen, de 9 mois à trente et quelques années, forcément ça déménage un peu.

Pour ce qui est du modèle de 9 mois 1/2, elle s'exerce encore à la prise de balle, ou plus précisément de tout ce qui traîne à sa portée, bracelet de Bulle y compris (**), et au haka : passage de la position sur les fesses à la position "presque à quatre pattes mais une jambe coincée", puis re sur les fesses, puis à 4 pattes mais qui s'effondre en glissant puis re à 4 pattes. Sans les grognements mais avec un peu de bave, histoire d'impressionner l'adversaire.

Les modèles de 2 ans 1/2 et de 4 ans sont sur l'entraînement physique : les poupées font du sprint en poussette et le plafond mansardé de la chambre des filles s'est orné de traces bleues et rouges ... apparemment le fait de posséder un mini ballon de rugby SANS le lancer partout dans l'appart n'est pas évident pour tout le monde (***) ... j'ai été mal habituée ... je découvre très régulièrement tout un tas de bêtises auxquelles les filles n'ont même pas pensé.

Nous avions aussi Forrest, ayant acquis son surnom de par sa vélocité. En gros quand on est rugbywoman et qu'on n'aime pas subir de plaquages, une seule solution : courir, vite de préférence. Quand on est une autre rugbywoman (****) et qu'on sent que notre vélocité ne nous permettra pas d'échapper aux plaquages, on se met à quelques unes, on fixe la défense (*****), on passe la balle à sa coéquipière et on dit "cours, Forrest !" ... autrement traduit par "débrouille-toi comme tu peux, t'as le ballon, si tu ne veux pas te faire plaquer tu sais ce qu'il te reste à faire". Et quand on joue contre des filles d'une école vétérinaire, dont le terrain de sport sert de lieu où promener les chiens, je peux vous dire que c'est super motivant, surtout quand la première d'entre nous est tombée par terre, chaque main dans une crotte de chien. Ca donne envie d'éviter les plaquages.

Nous avions enfin Tom, joueur, entraîneur, chanteur (ah non ça vraiment pas, même en étant gentille) et supporter passionné. Et quand je dis passionné, ce n'est pas qu'un peu. Cela va des gesticulations aux cris, même avec un couffin sur les genoux ... avec une mini Bulle dedans. Il vibrait, râlait, faisait des grands gestes, puis se rendait compte, s'excusait, jetait un regard anxieux à Bulle qui avait l'air de vivre le match aussi. Tiens finalement je comprends mieux les traces sur le plafond... il doit y avoir un peu d'hérédité là-dedans.

Au programme aujourd'hui pas trop de sport mais quelques bières et des matches ... à la télé. Bon je dois reconnaître que certaine semblait avoir un peu perdu l'entraînement et du coup riait pas mal en ayant les joues bien rouges avec moins d'une bière légère ... contrairement à certains qui tenaient mieux le coup.

Au final ça s'est plutôt bien passé (sauf pour le résultat du match :o( ), un score de 4 sur 5 pour la sieste, alors que les 4 grands étaient dans la même chambre, et un tour dehors pour refaire le match (******), avec un petit garçon de même pas 2 ans en arbitre chipeur de ballon, et les passants en guise de poteaux mobiles.

(*) Non, ça je l'ai fait à 15-16 ans, nous étions deux, seules au monde et en tout cas nous nous sommes amusées comme des folles.

(**) mais étonnamment elle a eu un effet magique sur Bulle et Crème qui n'étaient que douceur en l'approchant (bon, Bulle a tout de même piaillé parce qu'on lui tirait son bracelet, mais rien à côté de d'habitude)

(***) et je précise, ils ne sont pas autorisés à faire cela chez eux, mais leurs parents ne laissent peut-être pas traîner les tentations.

(****) par exemple quand au vu de nos capacités on nous fait jouer pilier dans une équipe de rugby à 7 (oui, avec ma carrure impressionnante :op , en rugby à 7 on peut jouer pilier)

(*****) pour ceux qui ne sont pas experts en rugby ça veut dire foncer dans le tas, faire venir le plus de défenseurs possibles sur soi, et passer la balle à temps à l'une de ses partenaires qui, si tout va bien, aura la voie un peu plus libre.

(******) avec un ballon rond tout de même ... les filles se panent bien assez facilement la figure sans avoir besoin de difficultés supplémentaires.

Partager cet article

Repost 0
Published by Blabala - dans Famille
commenter cet article

commentaires

babiche 18/03/2012 22:17

quand même, il manque des photos !!

Blabala 18/03/2012 23:22



Désolée, nous étions submergés d'enfants et résultat nous n'avons pas pris de photos.



Présentation

  • : Adieu Paris, Bonjour Nancy
  • : Un regard neuf sur une nouvelle ville, un nouveau boulot et un nouveau mode de vie (ou presque). Un peu d'humour souvent, de nostalgie parfois, et plein d'histoires à raconter sur notre nouvelle ville, nous, les moustiques enrhumés... et j'en passe.
  • Contact

Recherche

Archives