Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 21:52

Non contents d'avoir pataugé, ce dimanche nous avons rendu notre première visite à une aire de jeux intérieure locale. 

Le concept : on paie pour entrer, et là c'est le rêve des enfants : tout plein de trucs pour grimper, glisser, se balancer, sauter, regrimper, lancer, se casser la binette, rigoler, et recommencer. Pour l'occasion nos deux minifuries ont été rejointes par Miss Papote et Frigoboy. Plus on est de fous, plus on saute.

Crème a commencé à s'immerger dans un bain à boules après avoir fait quelques cascades assez peu maîtrisées mais qui l'ont rendue hilare. Bulle est allée découvrir la structure sur laquelle elle s'est jetée ... avec précautions tout de même.

Notre petite troupe a donc grimpé (avec aisance pour les grandes, avec un peu plus de mal à faire monter le popotin d'un étage à l'autre pour les plus petits) à l'assaut de la structure, et là la différence de style s'est marquée :

Frigoboy a passé le plus clair de son temps à ... ne pas bouger, avec sa soeur qui, telle une inspectrice zélée, venait faire son rapport périodique sur la localisation et l'état de coopération de son frère, le tout avec un débit de parole incroyable, avant de repartir aussi vite qu'elle était venue.

Crème a fini par choisir un étage qu'elle parcourait de long en large, de filet en terrain mou ou en champ de boudins à traverser, en se faisant réorienter par les grandes (*) à chaque passage.

Les grandes se baladaient, allant de la soeur de l'une au frère de l'autre et s'amusant un peu au passage, grimpant, courant, sautant, encore et encore.

Le problème n'était pas de les faire monter, mais plutôt de les faire descendre. Quand une fille qui adore les toboggans décide qu'elle n'a pas envie ça donne un série de palabres, de part et d'autre du tuyauboggan. Les grandes soeurs l'encourageaient depuis le haut, et je l'appelais depuis le bas, entendant tout (**). Au final grave échec personnel et changement de stratégie. Il a donc fallu la faire redescendre par l' "escalier", mais ce n'était pas évident non plus. Je l'ai invitée à descendre une marche après l'autre, de préférence les pieds les premiers. La stratégie étant pour moi de passer d'un côté à l'autre pour l'attirer dans la bonne direction. Ah oui parce que j'ai oublié de vous dire un truc : les parents ne sont pas autorisés sur la structure, et du coup impossible de donner une pichenette pour envoyer une fille dans un toboggan ou de l'aider un peu dans les escaliers. Au final malgré les deux grandes soeurs cherchant à l'aider mais la gênant plus qu'autre chose elle est arrivée en bas. Rhalala s'est ensuite livrée au même spectacle que moi pour attirer Frigoboy, et les jeunes sont allés investir la structure gonflable. 

Là pareil il y avait une différence de style, entre celles qui sautaient sur leur pieds et celle qui se retrouvait sur le ventre sautait comme une crêpe de par les mouvements des autres autour d'elle. En plus de tout cela des "grandes brutes" ont débarqué, plus occupées à faire des combats de catch et à se mettre par terre les unes les autres que de surveiller sur qui ils tombaient. Il a donc fallu procéder à une évacuation préventive de nos loustics. Le point positif de la position crêpe de Crème, c'est qu'au passage entre deux sauts de baleine elle a trouvé des trucs qui traînaient sur la structure. Je l'ai traitée de ramasse ordures jusqu'à me rendre compte que c'étaient des jetons, pour le saint Graal de la salle de jeux : le trampoline !!! Le même trampoline que j'avais refusé plus tôt, étant assez contre le principe de repayer en plus de l'entrée.

J'ai bien fait un sondage auprès des gens présents, mais ils n'appartenaient à personne d'entre eux, et j'ai fini par me dire que je n'allais pas rameuter le monde entier pour 50 centimes, et miss Crème, toute fière, a pu payer un tour de trampoline à tout le monde. Elle a donc sautillé en faisant rebondir Frigoboy, passif mais ravi, suivis par Bulle et Miss Papote qui semblaient avoir acquis le principe du trampoline et sautaient comme des folles.

Et pour se restaurer ? Pas le droit de sortir son goûter, mais un "menu" sirop + donut ou sirop + pop corn. Autant dire que les filles n'ont pas trop regretté le goûter de la maison. Et la miss Crème qui d'habitude ne boit pas grand chose, entre la dépense d'énergie et l'attrait du sirop, a descendu son verre en un temps record (***).

Au final beaucoup plus reposant (pour nous) que le même concept au Luxembourg, où les parents étaient autorisés dans les structures et où le monsieur a dit, pour faire plaisir à Bulle, que je "devais" aller sauter sur le trampoline (et je n'ai pas osé invoquer l'excuse de la femme enceinte...).. A refaire.

(*) qui avaient une idée très précise de ce qu'elle devait faire, où et quand.

(**) et rigolant un peu

(***) ... ce qui était une bonne nouvelle à part bien sûr le stress maternel lié à l'apprentissage pas encore terminé de la propreté. Stress au final infondé.

Partager cet article

Repost 0
Published by Blabala - dans A voir - à faire
commenter cet article

commentaires

Boycocotte 20/03/2012 09:23

Et la boîte de nuit alors ? On nous avait parlé d'une boîte de nuit !!

Blabala 20/03/2012 18:40



Ah oui mince, j'ai oublié ça : une pièce sombre avec de la musique dedans et pas moyen pour les parents e voir ce qu'il s'y passe. De dehors on entendait trois petites filles qui scandaient le
nom d'un petit garçon, bref c'était louche.



Présentation

  • : Adieu Paris, Bonjour Nancy
  • : Un regard neuf sur une nouvelle ville, un nouveau boulot et un nouveau mode de vie (ou presque). Un peu d'humour souvent, de nostalgie parfois, et plein d'histoires à raconter sur notre nouvelle ville, nous, les moustiques enrhumés... et j'en passe.
  • Contact

Recherche

Archives