Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 21:32

Petit séjour chez mes parents pour bien débuter les vacances, et une fois les enfants couchées, nous nous sommes mis à la crapette. Vous ne connaissez pas la crapette ? C'est une sorte de réussite à plusieurs, où l'on se refile des cartes les uns aux autres, et qui se joue avec un jeu de tarot. Un jeu de cartes tout à fait normal sauf ....

... sauf si on joue avec des joueurs "spéciaux".

Et là question joueurs spéciaux nous étions servis. Il y avait tout d'abord autour de la table l'endormie enthousiaste ... qui ne voit rien mais qui garde le sourire quand on lui fait remarquer qu'elle a tout raté, le champion de malchance à ce jeu (*), la presque chanceuse (**), et votre baratineuse quotidienne (***). Mais il y avait surtout deux modèles particulièrement gratinés, partageant 50 % de leur patrimoine génétique. Appelons les "le barbu" et "le jeunot" pour ne pas lever leur anonymat.

Le jeunot est un post-adolescent d'une trentaine d'années, dont le but dans le jeu est non pas de gagner mais de faire un peu n'importe quoi, quitte à garder des cartes dont il pourrait se débarrasser, tout en essayant de vous faire croire que c'est tout à fait calculé et stratégique, et que ça va le faire gagner car ça déstabilise les autres. Pour faire bonne mesure il ponctue ça de petits rires sardoniques ou cris intimidants (hin hin). Et pour le coup ça destabilise les gens, particulièrement le barbu sous-cité.

Le barbu est quant à lui le détenteur mondial du record de ... lenteur à ce jeu. Avant de jouer il passe une bonne demie-heure à inspecter une à une les cartes visibles devant lui, si possible en les touchant une à une du doigt, et en disant qu'il ne peut rien en faire. Il repasse ensuite chacune des cartes en revue à chaque carte qu'il retourne, pour voir si par hasard elle n'aurait pas changé depuis les trois dernière fois qu'il l'a inspectée. Et quand son tour semble terminé, il garde sa carte en main et revérifie tout une bonne dernière fois pour être bien sûr. Alors forcément on s'impatiente, mais si on a l'outrecuidance de lui faire remarquer ... il recommence tout le processus du début, et on est bons pour revivre le passage en revue de toutes les cartes. Et s'il oublie de faire quelque chose ? Forcément c'est de notre faute vu qu'on l'a stressé. Du coup la fois d'après il prend encore plus de temps histoire de battre son propre record du monde de lenteur. Si on rajoute à cela que dans ce jeu il faut attendre que chacun des autres ait fini de jouer avant de reprendre son tour, on comprend pourquoi des fois j'écris des billets sur ce blog pendant les parties. Ca m'évite (un peu) de râler.

Et le pire c'est que le barbu adooooore ce jeu, et qu'il joue celui qui ne comprend pas pourquoi on ne veut pas re-jouer avec lui, avançant qu'il y est tellement fort que nous sommes impressionnés et craignons de perdre.

M'enfin ce que j'en dis c'est que ça ne vaut pas une bonne partie de coinche... (****)

(*) qui semble avoir perdu son entraînement car il ne perdait presque pas à chaque fois (oui je sais ça n'a pas de sens et alors ?)

(**) qui bien avant tout le monde n'avait plus que deux cartes mais a fini par en récupérer tellement qu'elle a perdu

(***) moi, stresseuse du barbu sus-cité (ben oui, les astérisques sont sou le texte...) à temps presque complet

(****) oui ceci est un appel. Et si vous aimez la coinche (=belotte contrée) ou voulez la découvrir, on vous attend à deux (amenez votre belle-mère, votre banquier, partenaire, un-e ami-e ou qui vous voulez car ça se joue à 4).

Partager cet article

Repost 0
Published by Blabala - dans Famille
commenter cet article

commentaires

Boycocotte 08/04/2012 09:33

Pour la coinche.. rdv demain ??? :-))

Blabala 08/04/2012 09:50



Yessssss !


Grasse mat' jusqu'à 9h (oui, neuf heures) ce matin alors nous sommes en pleine forme...



Présentation

  • : Adieu Paris, Bonjour Nancy
  • : Un regard neuf sur une nouvelle ville, un nouveau boulot et un nouveau mode de vie (ou presque). Un peu d'humour souvent, de nostalgie parfois, et plein d'histoires à raconter sur notre nouvelle ville, nous, les moustiques enrhumés... et j'en passe.
  • Contact

Recherche

Archives