Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 21:52

Non contents d'avoir pataugé, ce dimanche nous avons rendu notre première visite à une aire de jeux intérieure locale. 

Le concept : on paie pour entrer, et là c'est le rêve des enfants : tout plein de trucs pour grimper, glisser, se balancer, sauter, regrimper, lancer, se casser la binette, rigoler, et recommencer. Pour l'occasion nos deux minifuries ont été rejointes par Miss Papote et Frigoboy. Plus on est de fous, plus on saute.

Crème a commencé à s'immerger dans un bain à boules après avoir fait quelques cascades assez peu maîtrisées mais qui l'ont rendue hilare. Bulle est allée découvrir la structure sur laquelle elle s'est jetée ... avec précautions tout de même.

Notre petite troupe a donc grimpé (avec aisance pour les grandes, avec un peu plus de mal à faire monter le popotin d'un étage à l'autre pour les plus petits) à l'assaut de la structure, et là la différence de style s'est marquée :

Frigoboy a passé le plus clair de son temps à ... ne pas bouger, avec sa soeur qui, telle une inspectrice zélée, venait faire son rapport périodique sur la localisation et l'état de coopération de son frère, le tout avec un débit de parole incroyable, avant de repartir aussi vite qu'elle était venue.

Crème a fini par choisir un étage qu'elle parcourait de long en large, de filet en terrain mou ou en champ de boudins à traverser, en se faisant réorienter par les grandes (*) à chaque passage.

Les grandes se baladaient, allant de la soeur de l'une au frère de l'autre et s'amusant un peu au passage, grimpant, courant, sautant, encore et encore.

Le problème n'était pas de les faire monter, mais plutôt de les faire descendre. Quand une fille qui adore les toboggans décide qu'elle n'a pas envie ça donne un série de palabres, de part et d'autre du tuyauboggan. Les grandes soeurs l'encourageaient depuis le haut, et je l'appelais depuis le bas, entendant tout (**). Au final grave échec personnel et changement de stratégie. Il a donc fallu la faire redescendre par l' "escalier", mais ce n'était pas évident non plus. Je l'ai invitée à descendre une marche après l'autre, de préférence les pieds les premiers. La stratégie étant pour moi de passer d'un côté à l'autre pour l'attirer dans la bonne direction. Ah oui parce que j'ai oublié de vous dire un truc : les parents ne sont pas autorisés sur la structure, et du coup impossible de donner une pichenette pour envoyer une fille dans un toboggan ou de l'aider un peu dans les escaliers. Au final malgré les deux grandes soeurs cherchant à l'aider mais la gênant plus qu'autre chose elle est arrivée en bas. Rhalala s'est ensuite livrée au même spectacle que moi pour attirer Frigoboy, et les jeunes sont allés investir la structure gonflable. 

Là pareil il y avait une différence de style, entre celles qui sautaient sur leur pieds et celle qui se retrouvait sur le ventre sautait comme une crêpe de par les mouvements des autres autour d'elle. En plus de tout cela des "grandes brutes" ont débarqué, plus occupées à faire des combats de catch et à se mettre par terre les unes les autres que de surveiller sur qui ils tombaient. Il a donc fallu procéder à une évacuation préventive de nos loustics. Le point positif de la position crêpe de Crème, c'est qu'au passage entre deux sauts de baleine elle a trouvé des trucs qui traînaient sur la structure. Je l'ai traitée de ramasse ordures jusqu'à me rendre compte que c'étaient des jetons, pour le saint Graal de la salle de jeux : le trampoline !!! Le même trampoline que j'avais refusé plus tôt, étant assez contre le principe de repayer en plus de l'entrée.

J'ai bien fait un sondage auprès des gens présents, mais ils n'appartenaient à personne d'entre eux, et j'ai fini par me dire que je n'allais pas rameuter le monde entier pour 50 centimes, et miss Crème, toute fière, a pu payer un tour de trampoline à tout le monde. Elle a donc sautillé en faisant rebondir Frigoboy, passif mais ravi, suivis par Bulle et Miss Papote qui semblaient avoir acquis le principe du trampoline et sautaient comme des folles.

Et pour se restaurer ? Pas le droit de sortir son goûter, mais un "menu" sirop + donut ou sirop + pop corn. Autant dire que les filles n'ont pas trop regretté le goûter de la maison. Et la miss Crème qui d'habitude ne boit pas grand chose, entre la dépense d'énergie et l'attrait du sirop, a descendu son verre en un temps record (***).

Au final beaucoup plus reposant (pour nous) que le même concept au Luxembourg, où les parents étaient autorisés dans les structures et où le monsieur a dit, pour faire plaisir à Bulle, que je "devais" aller sauter sur le trampoline (et je n'ai pas osé invoquer l'excuse de la femme enceinte...).. A refaire.

(*) qui avaient une idée très précise de ce qu'elle devait faire, où et quand.

(**) et rigolant un peu

(***) ... ce qui était une bonne nouvelle à part bien sûr le stress maternel lié à l'apprentissage pas encore terminé de la propreté. Stress au final infondé.

Repost 0
Published by Blabala - dans A voir - à faire
commenter cet article
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 23:23

Aujourd'hui sur Nancy, il a plu. Et pas qu'un peu. Certains diraient que le temps n'est plus ce qu'il était ma bonne dame, d'autres que c'était un temps à ne pas mettre le nez dehors. Nous, non.

Le programme du matin a donc été de mettre le nez dehors, justement, mais bien équipés. Nous avons donc sorti les bottes, les cirés et les parapluies (*) et sommes allés en ballade.

Oh, pas besoin d'aller très loin, juste de trouver quelques flaques dans lesquelles sauter (mais pas trop près des parents qui, eux, n'ont pas l'intention de changer de pantalon en rentrant), de faire un peu de football euh de water polo sur la place, de jouer avec son parapluie ... en essayant de ne pas y laisser un doigt en le repliant (**).

Cela donne donc un échantillon du défilé "hiver-printemps" de la collection de cirés de chez Petit Bateau, en conditions d'utilisations réelles (cela ne se voit pas mais il pleuvait, et pas qu'un peu).

 

Amelieparapluie.jpg

Lulupluie.JPG

 

La photo de Crème vous permet de voir que la place Stan' est vraiment jolie, et que rien ne sert d'avoir un parapluie si on a un ciré. Celle de Bulle ne montre même pas le parapluie, mais il faut m'excuser : C'est un parapluie"cloche" fait pour recouvrir le visage et donc pas pour prendre en photo la porteuse, et accroupie en tenant un parapluie et en redoutant de mouiller l'appareil photo on n'a pas tout le temps de faire ce que l'on veut.

Après quelques joyeux moments à patauger, à faire des "barrages" avec nos bottes pour les petits ruisseaux (et pour le coup le 43 est plus efficace que le 27), retour à la maison pour se réchauffer et se changer.

Du coup devant chez nous cela donnait ça :

bottes.JPG

 

Et dans la baignoire c'était expo d'art moderne version parapluies.

parapluies.JPG

 

(*) déclenchant au passage des cris de joie de la part des filles pour lesquelles le summum du plaisir est quelque part entre manger de la crème au chocolat, aider à étendre la lessive, jouer à Bohnanza, aller à la piscine et sortir avec bottes et parapluie (et sûrement d'autres choses que j'oublie, il faut m'excuser, il est tard)

(**) et sur ce point là Crème a une grande marge de progression

 

P.S. : ce billet a été publié avec une minute de retard, tout ça parce que par souci de vérité scientifique je suis allée vérifier les pointures des bottes ... alors que j'avais raison dès le départ. Pfff, heureusement que j'ai fait deux heures de sieste aujourd'hui ;o)

Repost 0
Published by Blabala - dans A voir - à faire
commenter cet article
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 21:07

Non non nous n'avons pas fêté ce jour en hurlant "casser laaa voiiiiiiix" à pleins poumons le soir sur une colline, en mangeant des oeufs au plat transportés dans une boîte en plastique (*).

Non, pour la fête nationale irlandaise, quoi de mieux qu'un (voire même plusieurs) matches de rugby entre amis ? Et, coup de veine, aujourd'hui était le dernier jour du tournoi des six nations. Une bonne excuse pour inviter des (ex)rugby(wo)men et néanmoins amis. 

Oui bon quand on invite des rugbymen, de 9 mois à trente et quelques années, forcément ça déménage un peu.

Pour ce qui est du modèle de 9 mois 1/2, elle s'exerce encore à la prise de balle, ou plus précisément de tout ce qui traîne à sa portée, bracelet de Bulle y compris (**), et au haka : passage de la position sur les fesses à la position "presque à quatre pattes mais une jambe coincée", puis re sur les fesses, puis à 4 pattes mais qui s'effondre en glissant puis re à 4 pattes. Sans les grognements mais avec un peu de bave, histoire d'impressionner l'adversaire.

Les modèles de 2 ans 1/2 et de 4 ans sont sur l'entraînement physique : les poupées font du sprint en poussette et le plafond mansardé de la chambre des filles s'est orné de traces bleues et rouges ... apparemment le fait de posséder un mini ballon de rugby SANS le lancer partout dans l'appart n'est pas évident pour tout le monde (***) ... j'ai été mal habituée ... je découvre très régulièrement tout un tas de bêtises auxquelles les filles n'ont même pas pensé.

Nous avions aussi Forrest, ayant acquis son surnom de par sa vélocité. En gros quand on est rugbywoman et qu'on n'aime pas subir de plaquages, une seule solution : courir, vite de préférence. Quand on est une autre rugbywoman (****) et qu'on sent que notre vélocité ne nous permettra pas d'échapper aux plaquages, on se met à quelques unes, on fixe la défense (*****), on passe la balle à sa coéquipière et on dit "cours, Forrest !" ... autrement traduit par "débrouille-toi comme tu peux, t'as le ballon, si tu ne veux pas te faire plaquer tu sais ce qu'il te reste à faire". Et quand on joue contre des filles d'une école vétérinaire, dont le terrain de sport sert de lieu où promener les chiens, je peux vous dire que c'est super motivant, surtout quand la première d'entre nous est tombée par terre, chaque main dans une crotte de chien. Ca donne envie d'éviter les plaquages.

Nous avions enfin Tom, joueur, entraîneur, chanteur (ah non ça vraiment pas, même en étant gentille) et supporter passionné. Et quand je dis passionné, ce n'est pas qu'un peu. Cela va des gesticulations aux cris, même avec un couffin sur les genoux ... avec une mini Bulle dedans. Il vibrait, râlait, faisait des grands gestes, puis se rendait compte, s'excusait, jetait un regard anxieux à Bulle qui avait l'air de vivre le match aussi. Tiens finalement je comprends mieux les traces sur le plafond... il doit y avoir un peu d'hérédité là-dedans.

Au programme aujourd'hui pas trop de sport mais quelques bières et des matches ... à la télé. Bon je dois reconnaître que certaine semblait avoir un peu perdu l'entraînement et du coup riait pas mal en ayant les joues bien rouges avec moins d'une bière légère ... contrairement à certains qui tenaient mieux le coup.

Au final ça s'est plutôt bien passé (sauf pour le résultat du match :o( ), un score de 4 sur 5 pour la sieste, alors que les 4 grands étaient dans la même chambre, et un tour dehors pour refaire le match (******), avec un petit garçon de même pas 2 ans en arbitre chipeur de ballon, et les passants en guise de poteaux mobiles.

(*) Non, ça je l'ai fait à 15-16 ans, nous étions deux, seules au monde et en tout cas nous nous sommes amusées comme des folles.

(**) mais étonnamment elle a eu un effet magique sur Bulle et Crème qui n'étaient que douceur en l'approchant (bon, Bulle a tout de même piaillé parce qu'on lui tirait son bracelet, mais rien à côté de d'habitude)

(***) et je précise, ils ne sont pas autorisés à faire cela chez eux, mais leurs parents ne laissent peut-être pas traîner les tentations.

(****) par exemple quand au vu de nos capacités on nous fait jouer pilier dans une équipe de rugby à 7 (oui, avec ma carrure impressionnante :op , en rugby à 7 on peut jouer pilier)

(*****) pour ceux qui ne sont pas experts en rugby ça veut dire foncer dans le tas, faire venir le plus de défenseurs possibles sur soi, et passer la balle à temps à l'une de ses partenaires qui, si tout va bien, aura la voie un peu plus libre.

(******) avec un ballon rond tout de même ... les filles se panent bien assez facilement la figure sans avoir besoin de difficultés supplémentaires.

Repost 0
Published by Blabala - dans Famille
commenter cet article
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 22:01

Voici un nouveau petit recueil des bons mots de la miss Crème.

 

Son truc en ce moment c'est d'écrire. Comme sa grande soeur connaît les lettres et nous demande des fois de lui épeler les mots pour écrire des choses à côté de ses dessins, Crème essaie d'imiter, et ça donne ça :

``Après R c'est quoi ?'' Tu veux écrire quoi ? ``Mamilou et Papilou !''

 

Elle nous explique également la vie, même quand on ne lui demande rien, et encore moins d'aller dans la voiture en pyjama et sans finir son petit déjeuner : 

``Attends, ze manze mes cé-iales et z'arrive ! Ze vais pas aller dans la voiture avec des cé-iales ! Bah non !''

 

Elle essaie de régenter la vie de sa soeur :

``Non elle peut pas avoir c'est mauvais ! C'est mauvais ce truqueu là !'' (*)

 

Elle remixe également les chansons, en mode absurdo-morbide, et cela donne :

``Promenons nous dans les bois pendant que lucie est mort. Si lucie est mort, elle met son tisseurt ! '' (**)

 

Et comme toute bonne prépréprépréadolsecente qui se respecte, elle est brimée et incomprise par ses parents. j'ai don eu le droit hier soir à un bruyant :

"Z'ai pas fini ma partiiiiiie !" accompagné de pleurs (***)

 

(*) le "truqueu" en question c'étaient des céréales au chocolat que Crème a-dore ! Ben elle ne va pas laisser sa soeur les manger tout de même...

(**) sur un air bien connu et reconnaissable en plus.

(***) la "partie" en question ne risquait pas de se finir : elle avait lancé un jeu de Steve (SET pour ceux qui connaissent) et écoutait la musique de fond en regardant le menu. Ca ne bougeait pas beaucoup mais c'était "sa partie".

Repost 0
Published by Blabala - dans Crème
commenter cet article
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 21:50

Le suspense est entier, vous retenez votre souffle ... qui a bien pu l'emporter ?

Et voici tout d'abord les réponses à trouver :

 

1) Pas un cheval mais un cochon

2) Pas un oiseau (non mais reregardez le 2, comment peut-on y voir un oiseau ?) un singe ni un rhinoceros ni une vache ni un lion mais un ours

3) Pas un bouc ni un cheval mais un âne

4) Pas un chat ni un cochon ni un rhinoceros mais une vache

5) Une tortue

6) Un papillon

7) Un escargot

8) Un mouton (j'ai accordé brebis)

 

Résultats : Et c'est ... encore magali qui en un rien de temps a répondu et a eu tout bon ! Elle peut donc choisir le dessin qu'elle préfère (sauf le cochon qui est pour Nat). Depuis Bulle lui a aussi fait un autre dessin de gagnante.

Pendant qu'on y est (et avant que Nat ne râle parce que je crée de nouvelles règles), une fois le choix de Magali fait, Boycocotte et miss papote peuvent en prendre un aussi. L'une pour son sans faute, et l'autre pour son score impressionnant du haut de ses 4 ans 1/2.

 

8 : Magali, Boycocotte

7 : Nat, Marie-Thérèse, Synchronie (car le 1 ne compte pas), Miss Papote

6 : Yttreza, lafilledenancy, Bene

5 : Robert (j'ai compté la brebis, il faut m'excuser, il faut soigner son beau-père)

4 : Virginie

Repost 0
Published by Blabala - dans Vie du blog
commenter cet article
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 22:25
Je vous en ai déjà parlé, à mon boulot il y a un bâtiment complêtement bizarre. Ma mission ce soir est d'essayer de vous restituer l'ambiance.  Alors déjà quand on regarde un plan on a peur : le bâtiment est en forme plus ou moins de point d'interrogation.  Cela veut dire que non seulement les couloirs tournent, mais pas autant partout, et pas dans le même sens. Donc du coup si on veut tourner il suffit d'aller tout "droit", et pour faire une ligne droite, ben il faut forcément tourner (*)
Ma première expérience dans ce bâtiment était un examen. Bon vu que nous étions deux profs pour une quinzaine d'élèves, c'était assez calme. Du coup j'ai décidé de me faire une poussée d'adrénaline et d'aller visiter, sans GPS, sans fil d'Ariane, bref, sans filet (**).
J'ai donc découvert que tout était de travers : les fenètres sont en trapèze, 
trapeze
les puits de lumière triangulaires
triangle-copie-1
les amphis sont petits et planqués au fond d'un couloir ... enfin loin dans le couloir, parce que si vous avez suivi les couloirs n'ont pas forcément de fond et vous font parfois revenir au point de départ.
Entre les couloirs qui tournent et le terrain sur lequel se trouve le bâtiment qui est en pente, j'ai mis 5 tentatives pour trouver la
sortie la plus proche de mon bureau (qui Dieu merci n'est pas dans ce bâtiment). Les trois premières fois je me suis rapprochée un peu plus en allant plus ou moins au hasard et en ayant du bol. 
A la quatrième tentative je suis allée trop loin et sortie du mauvais côté, sans vraiment m'en rendre compte.
Et la dernière ? J'ai effectivement trouvé la bonne sortie, sauf que je tapotais sur mon téléphone et que du coup j'ai failli descendre sans la voir une marche ... d'un bon mètre (***) ! Apparemment ils n'ont pas trouvé utile de refermer la barrière de la plateforme de chargement. Ben oui quoi, sinon ce ne serait pas drôle.
Au passage j'ai croisé, dans un couloir sombre, un .... pédiluve. Si si.
pediluve.JPG
Là j'hésite : les anciens étudiants pratiquaient-ils des lavements rituels avant d'aller en cours, enseignait-on la natation en eaux
vraiment très peu profondes ? Etait-ce pour les orgies de fin de semestre ? En tout cas maintenant dans le noir et un couloir vide,
c'est juste une chance non négligeable de se paner la figure pour pas un rond et de s'imprimer le motif ``carrelage mosaîque'' sur la joue. Charmant.
Je ne sais pas ce que vous en pensez mais pour moi le concepteur de ce bâtiment mérite un châtiment à la hauteur de celui qu'il inflige tous les jours aux utilisateurs dudit bâtiment. Quoique... il devait être bien torturé de base pour concevoir un tel ... machin.
(*) c'est bon, vous suivez ?
(**) J'espère que votre ébahissement actuel est à la hauteur de ma bravoure !
(***) j'en ai mal aux chevilles rien que d'y penser...
Repost 0
Published by Blabala - dans Boulot
commenter cet article
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 21:34

En parlant à Bulle du fait que j'ai utilisé ses dessins de déguisement pour un concours, elle a été emballée, mais super déçue que personne n'ait trouvé les deux premiers. Du coup elle a refait tout plein de dessins pour un nouveau concours, que voici.

Le thème : les animaux

Votre mission : trouver le nom de chacun d'entre eux.

Le règlement : on ne lit pas les commentaires avant de répondre !!!

Le classement : le/la premier/première à donner le max de bonnes réponses a gagné.

Le prix : la joie d'avoir gagné le concours, et si vous voulez un des dessins au choix (sauf le 1, il est spécialement pour Nat, c'est Bulle qui l'a dit. D'ailleurs Nat j'ai besoin de ton adresse !) 

 

Numéro 1 : 

animal5.jpg

Numéro 2 :

animal6.JPG

Numéro 3 :

animal7.JPG

Numéro 4 :

animal8.jpg

Numéro 5 :

animal9.jpg

Numéro 6 :

animal10.jpg

Numéro 7 :

animal11.jpg

Numéro 8 :

animal12.jpg

Repost 0
Published by Blabala - dans Bulle
commenter cet article
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 20:29

L'amitié c'est une chose toute bizarre. Une chose qui vous fait bondir sur votre canapé quand on vous annonce une bonne nouvelle, au risque de passer pour une folle (*). Pousser des cris suraigus et des "nooooon c'est pas vrai !" alors qu'on sait que c'est vrai. Pour une bonne nouvelle professionnelle, une rencontre, ou un nouveau potin qu'on vient de nous annoncer

Une chose qui vous fait parler de tout et de rien, pendant des heures, jusqu'à pas d'heure, même quand notre interlocuteur téléphonqique nous a ``mise dans le frigo'' ... à se demander comment on peut parler autant. Qui fait passer de super soirées, même en réalisant un projet d'informatique ou en corrigeant des copies (**). Qui fait s'écrire tout plein de mails, avant ou après la première rencontre. Se faire des chatouilles, même pendant un cours. Passer des petits mots débiles.

Une chose dans laquelle on grandit. Des papotages sur les cours, les pote, ``le'' pote, où l'on suit les engagements divers et variés de l'autre, ou l'on donne des conseils, un peu mais pas trop, faudrait pas dire de bêtises non plus. Où l'on accompagne l'autre dans ses grands moments, avec les yeux qui brillent, voire même qui pleurent franchement et où l'on se retrouve à deux en larmes au milieu de tout plein de gens. Ou l'on chante, la voix se charge en émotion, où l'on croit qu'à chaque instant elle va nous lâcher mais où elle tient, jusqu'au bout.

Mais aussi une chose dans laquelle on est là pour les coups durs. Les séparations, les baisses de moral. Ou l'on dit à l'autre qu'elle n'a pas le droit de ne plus y croire, et que même si elle n'y croit plus on y croira à sa place, jusqu'à ce que les choses s'arrangent. Ou l'on rigole et où l'on pleure ensemble (***).

Et quand le coup est trop dur, quand on ne trouve pas les bons mots (mais y en a-t-il vraiment), quand on ne sait pas comment apaiser l'autre, quand notre coeur pleure avec nos yeux, quand on se sent déchiré parce que la vie de l'autre se fissure, alors on est maladroit. On ne sait pas quoi dire, on n'ose pas déranger, on ne veut surtout pas blesser l'autre, mais on ne peut pas l'abandonner. Pas parce qu'on se sent obligé, responsable, contraint. Non. Parce que tout notre corps et notre coeur nous dit que c'est impossible. Alors on dit qu'on est là, tout doucement. On se rend disponible en essayant de ne pas être envahissant. On sait être là pour pleurer ensemble en attendant, fait exprès ou pas, de réussire de nouveau à rire ensemble, parce qu'on en a envie ou parce qu'on en a besoin. 

 

Un billet dédicacé à ma presque soeur (****) à qui je pense très très fort aujourd'hui.

 

(*) remarquez pour moi de toutes façons c'est trop tard

(**) qui eut cru que les copies pouvianet déclencher des fou-rires ou qu'un projet d'info pouvait rendre limite hystérique, à se taper dans la main pour un oui ou pour un nom. 

(***) et si vous cherchez quelqu'un avec qui pleurer, là avec moi vous êtes bien tombés. Je suis totalement contre le fait de brider ses glandes lacrymales (de toutes façons je n'y arrive pas). Et puis si ça m'évite les ulcères ...

(****) mais à l'écriture duquel j'ai pensé à d'autres amies aussi, donc si vous avez cru vous y reconnaître vous avez une chance d'avoir raison.

 

Repost 0
Published by Blabala - dans Famille
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 20:46

Vendredi, journée comme une autre, j'accompagne Bulle à l'école quand je tombe sur Lucky Lucy et les Daltonnes. Pas mal fait, avec même l'herbe en bouche, soigné. Les Daltonnes en train de traîner leur boulet, escortées par Ma Dalton. Bref, une jolie photo de famille. 

Il y avait aussi un Man in Black, tout seul d'ailleurs. Je continue mon chemin et je croise (dans le désordre) une hôtesse de l'air, toute la famille de Mario, une cow girl, des diseuses de bonne aventure, un baigneur (en caleçon et tongs ... euh il sait qu'on est en Lorraine et en mars ?). En plus ils n'allaient pas tous au même endroit, comme si tous les lycées et autres lieux d'enseignement avaient décidé de fêter le carnaval ensemble ... et avec quelques semaines de retard.

Mais mes trois préférés ont été :

3. Le Joker, avec son masque et un poignard à la main, l'air plutôt effrayant, mais qui papotait tranquilou et calmement avec un mec dans le tram, en agitant son poignard négligemment, comme s'il avait un stylo ou une pomme dans sa main.

2. La professeure Tournesol (avec barbe et moustache), qui n'était pas avec un troupeau de déguisés mais toute seule dans la rue et avec un accessoire assez étranger à monsieur Tryphon : de gros écouteurs violets (pour écouter des théorèmes ? Une nouvelle variante de cornet acoustique ?)

1. Mes préférés cependant sont, sans conteste, masque sur le visage et bonnet à tresses et pompon sur la tête ... deux ... skieurs. En plein centre ville c'est sûr que ça surprend. Ils avaient fixé de longues planches sur leurs rollers, avançaient au poussé de bâton sur le bitume. Oui mais seulement les bâtons autant ça se plante bien dans la neige, autant sur un sol dur c'est une galère totale. Ca glisse, en faisant un bruit de raclement métallique affreux, et c'est franchement casse figure. Mais le summum de leur art, les deux compères l'ont atteint quand, sur un passage piétons, ils ont attendu le piéton vert (oui vu qu'ils ont à peu près la vélocité d'une mamie de 85 ans, le sens de l'équilibre en moins, et qu'avec les skis ils prennent pas mal de place, il vaut mieux qu'ils ne tentent pas de se faufiler entre deux voitures) puis, quand celui-ci est arrivé ont imité les bips de départ d'une compétition de descente avant de s'élancer ... enfin plutôt de réussir à se mettre en mouvement, poussivement et en manquant de se casser la binette.

Oui vraiment, ils sont fous ces lorrains (mais ils savent s'amuser)

 

Edit : après le commentaire de Rhalala (informée si je ne m'abuse par Objectif), ce ne serait pas pour carnaval mais pour le "père-cent" : une fête qui annonce que le bac est dans 100 jours et pendant laquelle tous les lycéens se déguisent. D'ailleurs en tapant "père-cent Nancy" sur un moteur de recherche bien connu j'ai trouvé un diaporama de l'Est Républicain, et qui voit-on en photo ? Trois Daltonnes :o)

Repost 0
Published by Blabala - dans A voir - à faire
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 20:57

J'aurais pu appeler ce billet "Quand on n'a pas de tête (128 (*))", mais bon si j'appelle tous mes billets pareil c'est moins rigolo. Et puis c'est une référence à une expression un peu crue, reformulée niveau "deux ans 1/2", et ça me plaît.

Scène 1 : jeudi matin, le jour où je me lève à pas d'heure, je me rends compte que je n'ai pas mon pass de transports. Heureusement j'ai une carte 10 voyages, achetée "pour les visiteurs" (**). Je fouille donc tout mon sac : dessins de Bulle, gants, connecteur VGA, plein de papiers de boulot plus ou moins en vrac, parapluie, papier bulle (???), clef USB, mais pas de pass de transports. Lux se charge de la voiture, farfouille entre les sièges, à l'avant ET à l'arrière (***). Je retourne la pièce d'accueil de la crèche où j'avais posé mon manteau le temps de décrotter Crème un soir où j'ai eu une surprise assez désagréable en la récupérant. Pas de pass non plus. Ce matin je me décide donc à passer à l'agence Stan (d'où une discussion avec Bulle : On va à l'agence Stan. "La place Stan' ?" Non. L'agence Stan. "Et c'est quoi ?"...) pour me faire refaire une carte (et découvrir si ici aussi on peut la perdre une fois par an sans frais (****)). Je vais donc voir la dame, elle me demande où je l'ai perdu. Euh là je réponds que je ne sais pas (*****). Elle dit que c'est embêtant. Pourquoi, ils ne refont les pass que des gens qui savent où ils les ont perdus ? C'est quoi le rapport ? Finalement elle sort une boîte pleine de pass perdus, farfouille dedans et ... me sort le mien. Alors non seulement il a été ramassé par une personne honnête, en plus elle l'a rapporté à l'agence, et la cerise sur le gâteau : il y a une lettre qui est en route pour m'avertir qu'ils l'ont retrouvé. Là sur le coup j'étais bluffée.

Scène 2 : peu de temps avant, je me rends compte que j'ai perdu ma carte Vitale (pour les non français c'est le nom de la carte de sécurité sociale. Elle a une puce et permet entre autres de se faire rembourser ses frais médicaux SANS remplir de la paperasse, des feuilles de soins, coller les étiquettes des médicaments à la pharmacie et envoyer le tout avec deux timbres parce que c'est trop lourd. Pour une flemmasse c'est très important). En plus c'était un jour où j'allais au centre mutualiste, où justement on ne paie rien si on a la carte. Premier coup de bol, la dame me dit que, pour cette fois, elle va faire je ne sais quoi sur son ordi, et que du coup ça va passer sans que j'avance les sous. Mais que surtout, surtout, si je retrouve ma carte en arrivant dans le cabinet je ne la présente pas au médecin, sinon c'est le bazar. Je fouille donc mon sac (papier bulle, gants, plein de feuilles en vrac et plus ou moins chiffonnées, ...) et mon portefeuille (timbres, cartes de visites, une masse de tickets de carte bleue qui s'entassent depuis la dernière fois que j'ai fait mes comptes, 3 cartes d'identité (dont une valable 10 ans avec dessus la bouille d'une Crème de 1 mois 1/2 ... très ressemblant donc), reste de tickets de métro, super utiles par ici). Pas de carte Vitale. Je repousse les démarches pour la refaire (il paraît que ça prend trois plombes) en espérant un miracle. Je vais faire des analyses hier et, à tout hasard, leur dis que j'ai perdu ma carte et leur demande si ce ne serait pas chez eux.

La dame me regarde et dit que si, justement, ils ont ma carte. Ils l'ont gardée depuis la dernière fois.

... D'ailleurs ils m'ont appelée pour me le dire.

... Et même que j'ai répondu au téléphone.

... Et même que j'ai dit que je passerais le lundi suivant. Et du coup tous les lundis depuis un mois elle s'attend à me voir passer récupérer ma carte

Et là, d'un coup, ces informations réveillent un tout petit coin de mémoire qui vous dit que oui, la dame a entièrement raison, et on se dit qu'on ne mérite vraiment pas le bol qu'on a. Et accessoirement on se sent franchement gourde (******).

(*) au moins !

(**) qui au final n'utilisent pas tant de voyages en transports que ça vu qu'en tant qu'amis indignes on les fait marcher un peu partout.

(***) ben oui je m'assois un peu partout histoire de compliquer les choses.

(****) parce qu'à Paris ça marche, j'ai testé pour vous.

(*****) sans vouloir l'offenser si je le savais je ne l'aurais pas perdu !!!

(******) non sans raison d'ailleurs !!

Repost 0
Published by Blabala - dans Administratif
commenter cet article

Présentation

  • : Adieu Paris, Bonjour Nancy
  • : Un regard neuf sur une nouvelle ville, un nouveau boulot et un nouveau mode de vie (ou presque). Un peu d'humour souvent, de nostalgie parfois, et plein d'histoires à raconter sur notre nouvelle ville, nous, les moustiques enrhumés... et j'en passe.
  • Contact

Recherche

Archives