Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 17:50

Oui bon ok une fois qu'on s'est décidé, il faut muter.

 

Muter, quand on est chez Inria (ah oui, on ne dit plus " à l'Inria", c'est nouveau, ils ont payé très cher pour avoir un logo écrit à la main et perdre leur apostrophe, mais bon c'est une autre histoire) ça consiste à demander gentiment, dire s'il vous plaît, merci, à obtenir un accord de l'unité de départ et d'arrivée, puis à prendre son poste sous son bras et voilà.

 

Muter quand on est enseignant chercheur ça consiste à faire un dossier d'une trentaine de pages dans lequel on raconte tout ce qu'on a fait, ce qu'on sait faire, en quoi c'est bien, ce qu'on veut faire, ce qu'on saura faire, pourquoi il faut nous embaucher, en quoi on fait "destrucsdulabod'arrivéemaisenpaspareilcaronestcomplémentairesetonapporteunplusénorme".

 

Ensuite, si on a du bol/notre dossier a plu, on a l'extrême honneur de pouvoir, en temps limité, montrer ce dont on est capable devant une quinzaine de personnes qui nous écoutent plus ou moins (ben oui ils en voient une dizaine à la file, faut les comprendre, c'est difficile) et nous posent des questions plus ou moins gentilles. Alors là certains sont très organisés, d'autres comme moi sont très décontractés, au point d'essayer de monter dans la mauvaise voiture, oublier de distribuer les papiers qu'on a imprimé pour le jury, ne pas savoir lire un nom sur ses transparents ou bien oublier une de ses collaborations scientifiques. Ca fait toujours impression, je vous le conseille (ou pas). Mais bon j'ai déjà en concours failli tomber d'une estrade en mettant le pied dans une poubelle, donc à côté là j'étais petite joueuse.

 

Ces concours c'est un truc auquel je n'étais plus habituée, et qui ne me manquait pas du tout, et là j'étais au milieu de plein de jeunes qui en voulaient, qui n'avaient pas eu deux congés de maternité et donc avaient publié 3 articles par an depui leur grande section de maternelle, et dont la mâchoire tombait quand je disais que non je n'étais pas en postdoc mais maître de conf' depuis 7 ans. Mais bon ça m'a au moins permis d'essayer de m'habiller correctement, et c'est un sacré challenge.

 

Je me dois aussi de mentionner l'attente, les résultats (positifs ou négatifs) qui tombent les uns après les autres, et puis ce SMS qu'on reçoit au parc et qui nous dit que c'est bon, enfin presque, si les chefs ne décident pas de tout changer. On rêve, on y croit, mais pas trop, ça peut changer. Et puis enfin la délivrance : les chefs n'ont rien changé, c'est bon !

 

Et c'est parti !

Repost 0
Published by Blabala - dans Boulot
commenter cet article
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 14:39

Un jour, comme ça, subrepticement, sur le ton de la blague, une amie vous fait de la pub pour sa ville, son labo, entre un cookie et une ballade au bord de l'eau.

On en rigole, on imagine, on oublie à moitié et puis on y repense.

Quatre personnes, 57 mètres carrés (plus un cagibi sur le pallier (oui les 3 mètres carrés de cagibi sont importantes dans ces cas là)), 40 et 45mn respectivement pour aller au boulot.

 

On se dit qu'il existe une autre vie, une où la place du porte bébé n'est pas le long du mur dans le couloir, où les classeurs de papiers importants ne sont pas sur une étagère au dessus d'un lit de bébé, où l'imprimante n'est pas dans la chambre des parents, où il est possible d'étendre la table pour 6 personnes ET de marcher autour.

 

Et cette vie est possible partout SAUF à Paris.

On envisage alors la banlieue, ça permet de rester près des copains. Oui mais bon, pour les transports ce n'est pas mieux quand on ne travaille pas au même endroit. Et puis si on met 1h pour se rendre à Paris on n'y va plus, et puis on prend sa voiture pour faire les courses, et puis et puis ....

 

Mais quand même c'est bien Paris : vivre à pied, aller au supermarché à pied, auxxxx restaurantssss à pieds, au cinéma aussi, ou à la rigueur prendre le métro et être partout. Et puis Paris c'est le centre ferroviaire de la France, on peut aller partout, les gens aiment bien venir vous voir, revenir vous voir, y amener des amis. Ils ne vendraient pas une petite maison dans Paris dans les 400-500 mille euros ? Non ? Bon.

 

Alors on y repense à cette blague, à cette proposition. Elle a ses avantages : qualité de vie, confort, maison ?

Oui mais bon ça veut dire s'éloigner des copains, ceux qu'on voit peu mais qu'on sait pas loin au cas où, ceux qu'on voit régulièrement, ceux avec qui on organise des trucs à l'arrache "tu fais quoi aujourd'hui ? Rien ? Si on le faisait ensemble".

 

Maison, calme -copains- balançoire, jardin -copains- une chambre par fille, moins de transports -copains- plus de place à l'école, à la crèche ....

 

On y pense, on hésite, on sait ce qu'on perd, pas ce qu'on gagne, le temps passe et un jour on se dit pourquoi pas ....

 

 

Repost 0
Published by Blabala - dans Famille
commenter cet article

Présentation

  • : Adieu Paris, Bonjour Nancy
  • : Un regard neuf sur une nouvelle ville, un nouveau boulot et un nouveau mode de vie (ou presque). Un peu d'humour souvent, de nostalgie parfois, et plein d'histoires à raconter sur notre nouvelle ville, nous, les moustiques enrhumés... et j'en passe.
  • Contact

Recherche

Archives