Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2016 2 13 /09 /septembre /2016 21:41

Aujourd'hui j'ai reçu le message suivant d'un énergumène à qui j'essaie d'enseigner :

"Monsieur bonjour,

N'ayant pu suivre votre cours du [ce matin] pour raison [plutôt valable], j'aimerai d'une part m'excuser de n'avoir pu me présenter à votre cours et d'autre part savoir s'il était possible d'obtenir ce cours.

Cordialement Francis BERGEROT [nom modifié]"

 

Dans ces cas-là en général je regarde d'abord si la personne a un problème en français, un nom à consonnance étrangère, là je n'ai rien trouvé. Du coup comme il m'avait un peu fâchée, j'ai décidé de lui répondre... en mode prof indigne :

 

"Madame bonsoir,

Je suis ce semestre impliquée dans 4 cours que je dispense à 6 groupes différents soit plus de 140 [énergumènes]. Il peut donc être utile voire même indispensable de vous présenter, dire de quel cours vous parlez et en quelle année/groupe vous êtes.

C'est une démarche louable d'envoyer un mail pour expliquer une absence. Cependant je vous ai déjà dit que les cours sont disponible sur [internet]. [petit rappel sur le fait que je leur ai déjà expliqué où trouver les cours]

Il aurait également été bienvenu de vous renseigner sur le genre de la personne à laquelle vous vous adressez. Mon prénom, [le vrai, très classique et clairement féminin], était un bon indice. Vu que vous m'avez apparemment eue deux fois en cours cela aurait également pu vous aider.

Bien cordialement,

[Blabala]"

 

Blabala, en mode "il ne faut pas m'énerver un mardi soir".

Partager cet article

Repost 0
Published by Blabala
commenter cet article

commentaires

NancyRose 14/09/2016 13:32

Trop fort !!!
j'adooore ta réponse... et le "Madame" du début !

Blabala 14/09/2016 13:41

Merci. Je me suis fait plaisir en écrivant ce mail... il faut de temps en temps.

Présentation

  • : Adieu Paris, Bonjour Nancy
  • : Un regard neuf sur une nouvelle ville, un nouveau boulot et un nouveau mode de vie (ou presque). Un peu d'humour souvent, de nostalgie parfois, et plein d'histoires à raconter sur notre nouvelle ville, nous, les moustiques enrhumés... et j'en passe.
  • Contact

Recherche

Archives