Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 20:56

      Eh oui, pour fêter la semaine mondiale de l'allaitement maternel (SMAM pour les connaisseurs), je me décide enfin à écrire ce billet sur un sujet qui me tient à coeur : le don de lait. Qu'est-ce que c'est que ça ? Ça consiste à tirer un peu plus de lait que ce que boit son bébé, et de le donner pour qu'il serve à d'autres. 

Alors non je vous vois venir, ça ne va ni servir à faire du beurre ni des glaces pour les gens bizarres ayant les moyens. Ce lait est destiné à ceux qui en ont le plus besoin : les prématurés, avant qu'ils ne soient en mesure de boire du lait artificiel ou tant que leur maman n'est pas en mesure de leur donner son propre lait. Pour certains ils en ont besoin quelques jours mais pour d'autres, comme le petit courageux que nous appellerons ptitZac, cela peut durer jusqu'à trois mois. 

ptitZac a 8 mois, enfin pour être exact ça fait huit mois qu'il est sorti du ventre de sa maman. Mais en vrai Zac aurait dû y rester bien plus longtemps, quatre mois de plus pour être exacte. Mais la baignoire de Zac s'est fendue, le bain s'est vidé, et il a du sortir avec l'eau(*). En sortant ptitZac était une toute petite crevette, il pesait 630 grammes, c'est fou, c'est tout petit. Il était donc cinq fois moins lourd que ma Plume à la livraison.

petitzac.jpg

Mais le ptitZac s'est accroché, et tout ceux qui l'aiment aussi. Ça a pris longtemps : deux mois avant qu'on commence à lui donner vraiment du lait pour le nourrir, avant c'était juste pour tester comment réagissait son estomac. Il a commencé avec, non je ne me trompe pas d'ordre de grandeur, 0,1 ml par heure pour voir ce qu'il se passait. Et puis à force de patience, de courage, de lait et d'amour il a grandi, pris du poids, est rentré à la maison, et maintenant c'est un mignon petit bébé de 4-8 mois. Son chemin n'est pas encore totalement dégagé. Il va falloir voir comment il évolue, grandit, comment se passent les apprentissages (marche, langage etc.) mais il est là et bien là, et c'est déjà une très grande victoire.

grandzac.jpg

De l'autre côté de la chaîne il y a des mamans comme moi. Et pour le coup je suis vraiment à l'autre bout, vu la tendance de mes locataires à attendre l'avis d'expulsion de fin de bail. Ma soeur m'avait parlé du don de lait, j'y avais pensé un peu tard à la naissance de Bulle et pas donné suite, mais à l'arrivée de Crème je me suis lancée. J'ai franchi le pas, en pensant à ceux qui en bénéficieraient, et un peu pour remercier la nature de m'avoir donné des graaaandes puces qui avaient pris le temps de se faire des frisettes avant de sortir, de fortifier leurs poumons (et leurs cordes vocales) et de devenir des tétouilleuses de compétitions.

Comment ça marche ?

 Pour tirer son lait on a besoin d'une machine qui va essayer de reproduire la succion du bébé. Et quand on ne veut as choper des crampes on en prend une électrique, qui fait tout le boulot pour nous, sauf de tenir le bazar en place. Bonne nouvelle, le tire-lait nous est soit prêté par le lactarium, soit la location est remboursée par la sécu. Et pour le même prix on peut également s'en servir pour se faire un petit stock pour la reprise du boulot ou pour une soirée passée sans petit poussin accroché à sa poitrine(**). 

Il faut faire attention à ce que l'on boit (mais c'est vrai aussi pour l'allaitement "normal"d'ailleurs), mais ce que l'on mange est libre, saucisson et fromage au lait cru autorisés (il faut juste ne pas trop forcer sur le lait de vache sinon des protéines de lait de vache passent dans le lait).

Il faut de la place dans son congèl pour stocker le lait. Bon, un peu de place, parce que là quand j'ai dit à la dame combien j'avais dans mon congèl elle m'a dit que j'aurais pu appeler, ils seraient venus exceptionnellement plus tôt... depuis Strasbourg quand même. Il faut dire qu'il est bien rempli mon congèl'. M'en fiche, il est grand.

Il faut aussi respecter de mesures d'hygiène, assez normal au vu de qui va recevoir le lait, et faire une prise de sang, payée par le lactarium, pour s'assurer que vous n'avez pas de maladies transmissibles par le lait(***)

Et ensuite toutes les 2 semaines à un mois quelqu'un vient chez vous collecter les biberons (fournis par le lactarium) que vous avez rempli.

      Et le titre me direz-vous ? eh bien en ce moment, une journée moyenne, je tire un peu plus de 300ml, soit l'équivalent d'une canette. Bon comme soda c'est pas top et pas très pétillant, mais la comparaison me parle. Et une canette ça fait plus de 3000 doses d'adaptation pour ptitZac, ou pour un bébé recevant 8ml toutes les 2h, ce qui est déjà pas mal, cela fait de quoi en nourrir 3, et tout ça en plus de mademoiselle Plume qui n'a pas l'air d'en souffrir pour autant, jugez par vous-même :

isasourire.jpg

 

Idées reçues :

- Pour donner son lait il faut en avoir trop. Euh non. A part dans le rayon poubelles de Leroy Merlin un jour où la sieste de Plume était un peu longue, je n'ai pas eu de problème de ce côté là. Je n'ai jamais eu trop de lait. Le truc c'est que plus on stimule, plus on produit. Et les jours où on est crevée, malade ou où bébé demande beaucoup, eh bien on ne tire pas, et notre bébé ne manque de rien.

- Ca fait mal. Et puis quoi encore ? Si ça vous fait mal c'est que vous avez poussé la dépression au max, z'êtes pas un peu folles ? Je veux bien donner du temps mais je ne suis pas maso non plus !

- Si on donne son lait on y passe sa vie. Alors on peut y passer sa vie si vraiment on le souhaite, ou alors tirer son lait en même temps que son bébé tète, et du coup ne pas perdre de temps du tout. Par contre dans ce cas là pour passer un moment sympa et tendre je vous conseille de regarder amoureusement votre bébé plutôt que le tire-lait qui pour le coup est bien moins mignon. En plus regarder son bébé aide le lait à monter, et le fait que votre bébé tète aide aussi le lait à monter dans l'autre sein. C'est tout bénéfice

- Pour avoir le tire-lait à portée tout le temps on ne peut plus bouger de chez soi. Oui bon là aussi si vous ne voulez voir personne vous pouvez prendre ça comme excuse, ou bien tirer tous les matins, et dans la journée le faire… si vous avez le temps. Parce que non le tire-lait dans le supermarché ça ne le fait pas. En plus vous n'avez pas votre congèl à portée de main pour y mettre le biberon(*v). Je continue donc à aller chez des amis, à emmener les filles à l'acrobranche, à aller au parc etc. Et puis c'est le matin, quand on est reposée, que l'on obtient plus de lait. Du coup si on skippe le reste de la journée c'est moins grave. Par exemple même 100ml chaque matin, ça paraît peu, mais au bout d'un mois ça fait… 3 litres !!!

Les points négatifs :

Oui je ne dois pas vous mentir, il y en a. 

D'abord question séduction ou crédibilité sociale, se faire voir en tire-lait ce n'est pas le plus top. On a vu plus sexy comme situation. Il va peut-être falloir se mettre dans un coin tranquille, ou ramer pour compenser et changer les idées de votre conjoint.

Ensuite le pot où on range les ustensiles prend une surface non négligeable de 20 sur 20 cm. Bon ce serait supportable si une demoiselle débarrasseuse de table ne confondait pas le pot de stérilisation avec la poubelle à compost. Bon pour sa défense les couvercles des deux boîtes sont vertes.

De plus quand on est en plein occupée et que la sonnette retentit, débrancher le bébé, reposer le tire-lait sans tout renverser, s'extirper de son fauteuil, sprinter jusqu'à l'interphone et aiguiser sa voix charmante de "je n'attendais que votre venue, je n'étais pas du tout occupée, oui qu'est-ce qui vous amène ?", ça demande un peu d'adresse et d'entraînement.

Enfin si vous ne suivez pas le conseil du premier point ci-dessus et installez votre tire-lait dans le salon, avec le fil qui court au travers de la porte, vous risquez de voir un membre de votre famille se prendre les pieds dedans. Autant dire que mieux vaut qu'à ce moment là vous ayez rangé votre lait précieusement au froid, parce que voir renverser


Et pour finir on va tordre le coup à la blague/remarque la plus fréquente quand on parle de tirer le lait : la comparaison avec une vache laitière. Alors pour votre information la vache, laitière donc, passe ses journées à brouter, ruminer, bouser, allaiter et dormir. Elle n'a donc pas besoin de décider comment s'habiller et si ça lui va encore depuis l'arrivée de son dernier veau, on ne lui fait pas de remarque si elle est mal coiffée/pas maquillée. Elle ne doit pas aspirer la plage de miettes sous la table du salon ni se faire à manger. Elle ne va jamais donner le bain à deux veaux récalcitrants pendant que le petit dernier dort dans le porte bébé malgré les hurlements. Elle ne doit pas non plus les convaincre que mettre un pantalon n'est pas une torture affreuse ou que le fait de mettre un manteau quand il fait 5 degrés dehors n'est PAS négociable. Elle ne court pas chez le médecin ou faire la file, deux fois, à la mutuelle. Elle ne doit pas rééduquer son périnée(v) ou refaire des abdos pour muscler son ventre tacheté. Bon par contre elle ne choisit pas de se faire traire et elle le fait en public et de manière industrielle. Elle ne mange pas non plus d'îles flottantes ou de saucisson, ne peut pas se vautrer devant la télé dans le canapé et encore moins jouer à la coinche(v*). On ne peut pas tout avoir. Alors vous comprendrez que la prochaine fois que vous osez une telle remarque auprès d'une maman allaitante vous allez vous faire tirer les cornes et vous faire meugler dessus, et même que vous l'aurez bien mérité. Oui bon j'arrête car mon humour va de mal en pis.

 

Les contacter :

Pour des infos plus sérieuses et des gens adorables au téléphone, trouvez le lactarium le plus près de chez vous et appelez-les, ça n'engage à rien et vous saurez tout. Et même si le plus proche est loin de chez vous demandez. S'ils font Strasbourg-Nancy c'est qu'ils ont vraiment besoin de lait !!!

 

Et si ce billet vous a fait rire/touché, même si, quelle que soit la raison(v**), vous n'envisagez pas de donner votre lait, n'hésitez pas à le partager, qui sait, il tombera peut-être sous les yeux de quelqu'un à qui il donnera des idées et qui donnera quelques canettes à son tour ;o) Un grand merci à la maman de ptitZac et d'autres mamans de bébés "en avance" pour leur témoignage, ils m'ont beaucoup aidée à écrire ce mail, et reboosté ma motivation s'il en était besoin.

 

(*) oui parce qu'en matière de grossesse on jette le bébé avec l'eau du bain

(**) mais là il faut convaincre ledit poussin que peu importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse, et ce n'est pas gagné. Non mais y'a pas idée de nous remplacer là d'un coup un sein chaud et avec l'odeur de maman par un truc en plastique qui même est à 36,5 au lieu de 37. C'est pas perfectionné le plastique !

(***) mais bon après les tonnes de prises de sang faites pendant la grossesse une de plus une de moins, même pas mal.

(*v) et pour le coup emprunter le congèl du supermarché pour y stocker son lait ce n'est pas le meilleur choix, surtout si quelqu'un décide d'acheter ce biberon.

(v) d'ailleurs elle ne sait même pas ce que c'est, de toutes façons elle s'en fiche, elle est à quatre pattes.

(v*) non les sabots pour tenir les cartes ce n'est vraiment pas le top 

(v**) être un homme, ne pas avoir de bébé, ou tout simplement ne pas s'en sentir capable

Repost 0
Published by Blabala - dans A voir - à faire
commenter cet article
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 21:24

Que faire quand on n'est pas parti en vacances, qu'on n'est ni à la mer ni à la montagne, que la plupart des piscines du coin sont fermées(*)(**) et qu'il fait chaud ?

Certains m'ont soufflé des bons plans :

- un petit tour en voiture(***) oui mais non, ce n'est pas franchement écolo, et Lux tombe malade rien qu'en regardant une clim'. 

- les courses. Si si c'est super, surtout si on traîne dans les rayons frais. M'enfin bon après une heure trente à arpenter le rayon saucisses de volaille et pâtes prêtes à dérouler, je crois que les vigiles doivent finir par se poser des questions et venir vous demander ce que vous cherchez

Nous avons finalement opté pour une solution un peu plus nature : le pique-nique au parc. Plume, fidèle à elle-même, était d'accord tant qu'il y avait un sein à portée de bouche. Crème semblait trouver un plaisir très grand à faire faire des aller-retour aux toulettes à son papa, mais avait plus de mal à retrouver notre coin. Elle courait au milieu d'une pelouse déserte... dans la mauvaise direction. Bulle quand à elle trouvait qu'une grande pelouse était le lieu idéal pour gesticul... euh danser à son aise.

Et pour le côté rafraîchissant, j'avais pris un vaporisateur. Une bonne idée au premier abord, oui sauf que :

- chacune des filles veut "pscitter", mais pas se faire mouiller

- se faire mouiller avec de l'eau fraîche ce n'est pas la meilleure idée quand on a Plume qui roupille en porte bébé.

- et quand on veut rentrer, une fille qui vaporise le trottoir tous les 50 cm pendant qu'on attend en cuisant en plein soleil c'est assez usant.

Du coup cela a fini dans la piscine, avec deux demoiselles qui inventent toutes les histoires possibles avec deux vaporisateurs, tantôt ustensile médical, distributeur de parfum, indispensable pour nettoyer, arroser etc. Et ça les occupe un certain temps, surtout qu'elles ont entrepris, une fois sortie de l'eau, d'arroser le jardin. Bon on n'avait pas peur que les plantes se fassent noyer, mais les filles, dont une vêtue uniquement de sandales, ont passé un looooong moment à vaporiser noisetier, bouleau, cassis et autre framboisier.

Bilan : une griffure de plus de 10cm au-dessus d'un oeil, un genou amoché, une fesse griffée, une ampoule au pied qui a explosé, le tiers des dalles de la terrasse trempé et deux petites filles rafraîchies. Ca aurait pu être pire. Heureusement que j'avais pis "pansements" sur la liste de courses. 

(*) mais pas celle des voisins. En ce moment tous les soirs on entend des ploufs venant du jardin d'à côté, c'est assez râlant, même très râlant pour tout dire. Pour la peine je fais du mauvais esprit et espère qu'ils bavent un peu à l'odeur de notre barbecue. Remarque, vu qu'ils ont de quoi se payer une grande piscine (oui, sur google maps on la voit, elle est grande), ils doivent avoir à peu près les moyens de se payer un barbecue aussi

(**) et que de toutes façons après un accouchement on n'a pas le droit à un bain, et encore moins à patauger dans une piscine

(***) avec la clim sinon c'est moins intéressant, sauf si on veut faire l'expérience de l'a séparation des phases dans la nutella

Repost 0
Published by Blabala - dans A voir - à faire
commenter cet article
22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 20:49

Ajout de février 2015 : ladite pédiatre est comme qui dirait débordée, alors je ne suis pas sûre que ce soit une bonne idée de lui envoyer des nouveaux patients à gogo. De plus comme le ressenti sur un médecin peut varier énormément d'une personne à l'autre celle qui me convient ne serait pas forcément idéale pour vous, et vice versa (cf un commentaire pas enchanté de la même personne). Bon courage à ceux qui cherchent leur perle rare, et surtout, allez-y avec bienveillance, ça aide tout de suite dans les relations, avec qui que ce soit.

 

Oui bon pour être précise ce n'est pas la mienne. Moi avec mes problèmes de circulation ce serait plutôt un gériatre qu'un pédiatre qui pourrait m'aider, mais passons.

Je suis donc raide dingue de la pédiatre des enfants. Oui bon déjà à Nancy on peut trouver une pédiatre qui coûte le tarif sécu. Pour un parisien ça fait déjà rêver. En plus on peut trouver une pédiatre compétente pour ce prix-là. Si si. Et en plus avec un peu de bol on tombe sur une qui est géniale.

Déjà avec les grandes elle m'avait bluffée. Outre les habituels jeux dans le cabinet, la maison dans la salle d'attente, il y a un nounours à soigner. Il porte un stéthoscope, un vrai et peut être ausculté à volonté par les petits patients(*). Elle a un contact avec les enfants qui est génial, et qui est tout à fait naturel. Pas de gentils mots feints, non, elle aime son métier, elle aime le contact avec les enfants, et cela se ressent. 

Elle n'hésite pas (je me demande si je ne vous l'avais pas déjà raconté, mais je ne retrouve pas... si l'un de vous retrouve le billet en question je suis preneuse) à vous appeler pour prendre des nouvelles de vos enfants après consultation(**), a écrire des tartines dans le carnet de santé en mettant tout plein de conseils en plus du diagnostic, à expliquer, donner des conseils, des astuces, sans insister ou être moralisatrice, bref je suis convaincue.

Et là, première visite de Plume. La consultation commence par une "auscultation câlin" : elle a pris Plume contre elle, la miss se réveillait à peine, le temps de lui palper la tête et le cou. Autant dire que la demoiselle était toute zen :o) Toute la suite n'était que douceur, petits massages et mouvements pour soulager les digestions difficiles, conseils sur comment parler des pleurs d'un nouveau-né à une grande soeur de trois ans que ça stresse(***) 

Bilan 3 semaines pile, un kilo de pris, 2 cm 1/2 en plus, et ces mots dans le carnet de santé : excellent éveil et tonus, rampe, se retourne côté -> dos, tient bien sa tête en position verticale et ventrale, poursuite oculaire(*v), allaitement à la demande : superbe...

Non ce n'est pas juste parce que Plume est super éveillée que j'ai adoré. C'est que l'habituel diagnostic se transforme en roman, presque aussi gentil que le petit mot d'une maîtresse sur un cahier d'évaluation en fin d'année :o)

Et pour finir, entre la salle d'attente et le cabinet il y a une pièce avec… un super canapé en cuir ! Elle m'a rappelé qu'il était là pour moi si je voulais allaiter tranquillement… et qu'elle me réveillerait après sa prochaine consultation si je m'endormais :o) Il paraît que c'est déjà arrivé à une maman.

 

(*) d'ailleurs par leur maman aussi ;o) bon pour ma défense j'ai écouté le coeur de ma fille, pas celui du nounours !!

(**) oui bon c'était l'une de ses premières consultations et Crème avait une saleté de simili gastro qui durait encore et encore

(***) si ça vous intéresse, il faut lui dire que pleurer pour un bébé est sa seule façon de parler, mais que ce n'est pas parce qu'il pleure/râle un peu qu'il est triste ou qu'il a mal. Il peut pleurer pour plein de raisons, la faim, chercher le sommeil, insulter les mains pleines de doigts qui s'agitent devant lui sans venir jusqu'à sa bouche… et du coup ce n'est pas dramatique si on ne va pas le voir de suite. 

(*v) oui bon je vous ai épargné les commentaires sur la couleur de ses selles. Merci qui ?

Repost 0
Published by Blabala - dans A voir - à faire
commenter cet article
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 20:28

Non mais c'est quoi ce titre ? N'importe quoi, comme d'hab'.

Mais comme d'hab ça a un(*) rapport avec le contenu du billet. Oui bon du coup c'est moins bon pour le référencement sur les moteurs de recherche, mais ce blog conserve un côté un peu familial, la plupart des lecteurs me connaît avant même de lire mes billets et du coup savent à quoi s'attendre, et à quoi ne pas rêver.

Aujourd'hui donc je vous présente un site internet assez original, mais au nom à coucher dehors : "la ruche qui dit oui"... d'où le rapport avec le titre. Je ne sais absolument pas comment je suis tombée là-dessus, par hasard, ou via quelqu'un qui participait à une ruche. Oublié !

Par contre le rapport avec le concept est un peu plus long à expliquer. Ce site permet de mettre en rapport producteurs et consommateurs, dans le but d'acheter pas trop cher des produits locaux, assez naturels et de qualité. Vous allez me dire que ça vous connaissez déjà, que ça existe partout, au travers des AMAP et autre paniers auxquels on s'abonne pour recevoir sa dose hebdomadaire de légumes, de fruits voire plus si affinités. Oui seulement le hic avec ces paniers c'est qu'on s'engage sur un an et on reçoit ce qu'il y a. Alors sur le principe c'est normal, mais après 6 semaines de choux et de navets il paraît que ça lasse(**). On a découvert toutes les recettes au chou et au navet, et, quitte à ne manger que des carottes, on voudrait juste faire une pause.

Et c'est là que la ruche est différente. L'idée c'est de former des communautés de consommateurs (les ruches donc) et d'organiser des ventes régulières (toutes les deux à trois semaines). Lors de ces ventes, les producteurs proposent ce qu'ils ont en stock : viande, fromage, légumes, fruits, confitures ou autres douceurs, et fixent un montant minimum d'achat pour qu'ils se déplacent. La vente est proposée à tous les membres de la ruche qui passent commande. Ils prennent ce qu'ils veulent, peuvent changer ce qu'ils choisissent d'une semaine à l'autre, voire zapper une vente sans problème. Pour chacun des producteurs inscrits à la ruche, si le montant des commandes a atteint le minimum fixé, alors la ruche leur a dit oui et ils viennent le jour de collecte avec les produits commandés.

Il se trouve qu'une telle ruche vient de se créer juste à côté de notre futur chez nous. Pour la première vente j'ai zappé vu que j'étais sans Lux et que la collecte avec une fille dans chaque main un vendredi entre 16h et 18h je ne la sentais pas vraiment. Mais par contre pour la deuxième j'ai participé. Me voilà donc en route pour récupérer un jus de pommes, un nectar de groseilles, deux pots de confiture, un pain campagnard et un lot de 2kg de viande pour grillades(***). Comme bien sûr je n'allais pas prendre la voiture, surtout que le quartier est "ingarable", j'ai investi le jour même dans un très séduisant cabas à roulettes histoire d'attendre après la naissance pour me faire mal au dos.

Me voilà donc dans les rues de Nancy par un temps tout à fait estival(****) avec un parapluie d'une main et le cabas de l'autre, à chercher l'adresse de la collecte. Je suis accueillie par la maîtresse des lieux ainsi que deux des trois producteurs présents ce jour là. Je récupère non seulement toutes les bonnes choses commandées mais également des infos sur la cuisson de la viande (pas trop), que les fruits dans les jus et confitures sont non traités, et que pour la prochaine vente il y aura enfin des légumes frais, et non traités également.

De retour à la maison, j'ai pu constater que le cabas était totalement imperméable, ce qui tombait bien. Le pain n'a pas fait long feu, les confitures et jus attendent l'arrivée de nos invités ce soir, et la viande est au congèl' en attendant la conjonction de trois événements dont je vous laisse juger de la probabilité : avoir la maison équipée d'un barbecue, des gens avec qui ouvrir un ou plusieurs des sachets de viande et… une météo favorable.

Oui parce que le "barbecue anglais" je connais, j'y ai habité un an, et je ne suis pas très tentée. Pour que vous imaginiez le concept en Angleterre il y a deux personnes qui s'occupent du barbecue : une qui gère le feu et la viande, normal, et l'autre qui tient le parapluie, mais attention…  non pas au-dessus de sa propre tête mais au-dessus du barbecue. Et perso je ne veux pas être cette personne-là. 

Et si vous n'êtes pas à Nancy, pas de problème, il y a tout plein de ruches partout en France et donc une chance d'en trouver une près de chez vous. Et avec un nom pareil, je sais que, si vous le souhaitez, votre ami Google vous emmènera rapidement sur le site de la ruche qui dit oui ;o)

 

(*) vague parfois, je le reconnais

(**) en plus je n'aime pas les navets

(***) oui nous avons espoir d'obtenir prochainement de l'espace pour mettre un barbecue

(*v) autrement dit des trombes d'eau

 

Repost 0
Published by Blabala - dans A voir - à faire
commenter cet article
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 20:56

Ce week-end à Nancy c'est la braderie. Comme toute bonne habitante à la ramasse j'en avais vaguement entendu parlé mais oublié que c'était ce week-end et l'ai découvert en allant chercher le pain au milieu du bal des camionnettes. j'ai donc pu voir l'installation de stands fantastiques comme le débouche tout, le balai magique vu à la télé ou des savons soi-disant de Provence.

Un peu plus tard nous y sommes repassés, et ce coup-ci les vendeurs étaient à l'oeuvre. un marchand de parfum ventait ses "parfums pour les hommes, les vrais, pas ceux du bois de Boulogne"(*). Un crayon magique (de maquillage) attirait toutes les jeunes filles, et un super stand bradait à des prix défiant toute concurrence, la preuve(**) :

robemoche.JPG

Il y avait donc pas mal de bazar, de pseudo trucs traditionnels et de fringues à pas cher en tous genres, de machins importés de Chine comme un genre de petit chiot électrique qui émet un jappement synthétique absolument pas crédible mais assez insupportable, au point qu'un vrai chiot lui a fait comprendre que s'il n'était pas tenu en laisse il lui ferait sa fête pour concurrence déloyale.

Enfin, j'ai vu pas moins de 3 balais révolutionnaires, à savoir des serpillères à manche. Mon dévouement pour ce blog n'est pas allé jusqu'à me faire écouter leur blabla et comparer les différentes performances, 360°, auto-essorant etc. Mais l'un d'entre eux a eu un pouvoir de conviction considérable, au point que la ville de Nancy s'est transformée en un podium de défilé pour "balais magiques". En nous balladant pour aller au parc nous en avons vu tellement que j'ai fini par me mettre à les prendre en photo. En allant chercher le pain soit 400m aller-retour j'en ai vu 4, et même ce soir à un concert en plein air un monsieur avait apporté le sien. Je vous laisse juge de l'effet produit.balais.JPG

 

Pas volant

 

(*) quel raffinement !

(**) réalisé sans trucage

Repost 0
Published by Blabala - dans A voir - à faire
commenter cet article
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 13:15

Je continue à me lamenter sur mon ô combien triste sort de femme abandonnée par son mari. Et j'en profite parce qu'il revient ce soir et du coup je n'aurai plus de quoi me plaindre. Vendredi, journée chargée aussi. Déjà je ne sais plus si je vous l'ai écrit mais déposer les filles et revenir à la maison, le tout en tram', ça me prend environ 1h30… un peu moins si c'est Bulle qui passe par la crèche (le max étant atteint quand Crème doit faire un aller-retour à l'école). Une petite addition plus tard et on se rend compte que dans une journée sans autre activité j'ai déjà 3h d'occupées. Seulement les journées sans autre activité ça n'existe pas vraiment.

Ce matin par exemple je me suis dit que j'allais tester le côté reposant d'une sortie avec la crèche, 9h-13h, avec visite d'écuries, tour en calèche et pique-nique. Déjà cela veut dire qu'il fallait être à la crèche à 9h. Je mets donc mon réveil à 6h40 histoire de pouvoir(*) prendre une douche tranquille avant le lever des filles. Perdu. Après un coucher tardif pour cause de couture, Crème "sonne" à 6h puis 6h15 puis 6h25 puis j'ai arrêté de compter. C'est comme la fonction dans les réveils où l'on tape dessus et qu'il re-sonne 10mn plus tard sauf que :

- on ne tape PAS sur un enfant, même à 6h du mat', même si ce n'est pas son premier lever(**)

- le temps gagné entre  deux sonneries est aléatoire, donc on ne se rendort pas l'esprit tranquille : on sait que si ça se trouve la prochaine sonnerie est dans 2mn et du coup pour se détendre c'est raté.

- il n'y a pas de bouton où appuyer pour que l'enfant retourne au lit. Quand l'argument : "il est trop tôt, je dors, tu retournes dans ton lit" est efficace ça va, mais sinon il faut se lever, escorter le réveil matin jusqu'à son lit avec assez de conviction pour qu'il reste un peu au lit, mais pas trop d'autorité au risque de l'entendre se mettre à couiner, auquel cas on a tout perdu car on a un réveil matin ET une demoiselle mal réveillée debout.

Bon, on oublie qu'on n'a que 5h30 de sommeil derrière soi, on sourit et on y va. L'avantage de ces réveils est que du coup on est en avance pour la préparation du matin, et j'ai même pu montrer aux filles comment on utilise une machine à coudre. Arrivée à la crèche, en avance (!!!) et Crème qui ne lâche ni son sac à dos ni son sac à bottes, tout en paradant au milieu de ses copains. Départ groupé avec un minibus et plusieurs voitures, remplies de 13 deuzan et troizan, deux bébés et pas mal d'accompagnateurs. Comme prévu c'est reposant : entre ceux qui passent derrière les chevaux, ceux qui lancent des cailloux n'importe où, ceux qui arrachent des feuilles du lys qui n'a rien demandé à personne, vous regardent d'un air angélique et recommencent dès que vous tournez la tête, et ceux qui font un peu de toutes ces choses. J'ai par exemple endossé le rôle ô combien valorisant de gardienne de tuyau : un tuyau d'arrosage qui pendait au mur et que quelques deuzans, ne comprenant apparemment pas que du haut de leurs 90cm ils ne faisaient pas le poids ni la taille, essayaient d'attraper, de tirer etc. L'idée de les décourager de manière radicale en ouvrant le robinet m'a bien traversé l'esprit, mais vu que ce n'étaient pas mes enfants j'ai préféré éviter.

Il faut également dire que la vie de poney est difficile. On se retrouve avec une bonne dizaine d'enfants sur son dos à la file, sagement, sans bouger, on se fait brosser/étriller(***) par jusqu'à 6 enfants à la fois, ayant une expérience limitée de la chose. On se fait toucher(****), caliner les cuisses arrière(*****) et j'en passe. Heureusement que Marco est spécialement cool. S'en est suivi un tour en calèche, où tous les enfants sont partis avec deux adultes de sorte que nous avons pu nous reposer un moment. Promenade sympathique où l'auxilliaire a tout de même dû rattraper Crème de justesse avant qu'elle n'imprime la forme de son front dans le sol de la calèche. Ou l'inverse.

Et après ça, ce qui devait arriver est arrivé : Crème après son lever matinal et 1h30 de lutte le soir avant de s'endormir était naze. Elle couinait dans mes bras au son de "ze veux mamaaaaaan". Là je me sentais un peu démunie parce que je ne pouvais pas lui donner beaucoup plus de "maman" que ce qu'elle avait alors. Pour le pique-nique je négocie qu'elle soit en contact physique mais pas sur mes genoux, pour cause de circulation sanguine défaillante. Et là elle me scotche sur place en préférant aux chips fournies par la crèche les Crousti Pom de mon pique-nique. C'est MA fille !!! Bon elle en renverse une bonne partie par terre en secouant sa main tenant le paquet, mais on ne peut pas tout avoir.

Retour à la crèche à 13h50 avec une Crème complètement HS qui apapremment s'est effondrée juste après. Retour pour moi à la maison pour une heure de sieste avant de coudre un peu et repartir pour la récolte. Petite variante cette fois : passage par chez la pédiatre car Crème se plaint ponctuellement de mal à l'oreille depuis lundi. Bilan  ? Otite, bronchite et rhinite purulente. Youhouhou ! La pédiatre s'est même inquiétée pour moi de peur que je l'attrape.

Bon, les deux filles dorment, je vais en profiter pour… retourner coudre.

(*) rêver de

(**) mais je dois dire que la fonction où on appuierait sur la tête et il se rendormirait est à étudier

(***) oui les enfants prenaient tout ce qu'ils trouvaient dans la caisse. Il a fallu en rattraper un au vol alors qu'il avait pris l'outil pour curer les sabots, vachement moins sympa pour se le faire frotter sur le dos.

(****) la notion de caresse n'étant pas toujours très maitrisée, ils appuient avec un doigt (pas dans l'oeil heureusement) qu'ils retirent immédiatement en poussant un cri

(*****) on a bien essayé d'expliquer à l'enfant concerné que c'était gentil mais que ça plairait sûrement plus au poney s'il allait le câliner plus proche de la tête, le jeune courageux mais pas téméraire a préféré rester loin de la tête… qui bouge !

Repost 0
Published by Blabala - dans A voir - à faire
commenter cet article
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 21:11

Encore un bilet qui va faire plaisir aux ronchons.

Comme vous le savez, aujourd'hui c'est la fête de la musique. Nous l'avons dit aux filles ce qui a déclenché l'enthousiasme général. Nous avons donc prévu de les faire manger assez tôt puis de les emmener, dents brossées, faire un tour dans les rues pour écouter un peu de musique au hasard, avant de rentrer se coucher en hurlant qu'elles veulent rester écouter de la musique très sagement.  Concerts organisés ou petits stands "artisanaux" un peu partout, nous avions hâte de découvrir la fête de la musique version nancéienne.

Oui seulement ce soir en rentrant à la maison, un monsieur dans le bus a dit avoir entendu dire que… c'était annulé. Un petit surf sur mon smartphone plus tard et la chose était confirmée : alerte orange aux orages, arrêté d'interdiction d'installations sur la voie publique, et concerts annulés. Youpi ! Séance d'explication familiale, déception mais étonemment pas de pleurs ni de protestation, surtout que la pluie s'est mise à tomber à ce moment là, comme pour illustrer mon propos.

Bilan, oui il a plu, environ 1/4 d'heure, et depuis à peine une petite averse. Mais vu que j'entends les voitures rouler dans la rue en-dessous je comprends que la circulation n'a pas été bloquée et que tout a été plus ou moins annulé. J'entends juste un saxophoniste contrevenant à l'interdiction… un peu tristoune pour les 30 ans de la fête de la musique.

Voilà qui ne va pas m'aider quand je tente de démentir la réputation de mauvais temps qui colle à Nancy. Quoique, si , je peux dire qu'à Nancy une chose est avérée : la météo prévoit souvent du mauvais temps, mais qu'en fait ce n'est pas vrai, c'est juste pour faire peur aux gens d'ailleurs(*).

 

(*) mais alors là je me mettrais à dire la même chose qu'une certaine Bretonne que je taxe moi-même de mauvaise foi, et je ne suis pas sûre qu'on me croie plus.

Repost 0
Published by Blabala - dans A voir - à faire
commenter cet article
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 21:19

Je n'avais pas pris de photos à l'époque des inondations, n'habitant pas dans un quartier ou les effets étaient très spectaculaires, mais aujourd'hui en allant chercher Bulle à l'école, et en regardant pour une fois où j'allais, j'ai réussi à ne pas buter et m'étaler sur cette grosse pile d'ex cartons remplis d'ex papiers.

 degats

Apparemment l'école d'à côté a finalement décidé de nettoyer sa cave, et s'est rendu compte que stocker du papier en sous-sol, un jour d'inondation, ça ne le fait pas.

Et ça m'a rappelé une image que j'ai vue dans une vitrine, un extrait de journal je crois. Un journal local qui faisait de la pub pour les souplex. Vous ne connaissez pas les souplex ? C'est comme un duplex mais si l'espace de vie (cuisine, salon) est au rez-de chaussée, l'espace nuit se trouve… en sous-sol. Oui c'est concept. On dort dans la cave. En plus ils présentent ça comme si c'était super tendance. Ils disent qu'à Paris ça se développe beaucoup(*), et présentaient de superbes souplex à Nancy.

Oui mais euh bon là je me pose une question : leur reportage, ils l'ont fait avant ou après l'orage ? Et ils n'ont pas mis des photos avant/après ? Ca pourrait être rigolo. Mais bon, personnellement, m'endormir en m'imaginant me réveiller flottant sur mon lit au milieu de nos cadeaux de fête des pères/mères, d'un paquet de mouchoirs, d'un petit train de paires de chaussettes et de tout le bazar de papiers que chaque jour je rangerai "demain", ce n'est pas trop mon truc.

Je trouve quand même qu'ils ont du culot de publier un tel article maintenant, mais bon, si c'est "tendance"...

(*) et ça se comprend, peut-être que le mètre carré de cave est un tout petit peu moins indécent. "Tu veux vivre dans plus de 30m^2 à 4 personnes ? Pas de problème, dors dans la cave !"

Repost 0
Published by Blabala - dans A voir - à faire
commenter cet article
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 20:44

Les cours de préparation à la naissance se suivent, et comme on commence à se connaître l'ambiance se réchauffe (l'eau pas trop, mais bon c'est toujours mieux qu'une piscine normale). Par contre la concentration chute un peu au fur et à mesure que la complicité s'installe. On se met à papoter entre deux séries de "je souffle pendant au moins 20 secondes de rang(*)", des passages de ballon sous l'eau, des séances de "berçage" pour faire gouger le bassin de l'autre(**).

Bon ça ce sont les trucs sympas, parce qu'on a aussi appris à localiser nos points d'acupression. En gros ce sont des endroits dans le corps où si tu appuies ça fait mal. L'intérêt ? Il parait que quand on a mal quelque part, on secrète des endorphines qui permettent de se détendre. Super ? Oui sauf que comme la douleur est un message sensé nous protéger(***), on secrète des endorphines pour nous détendre partout sauf là d'où vient la douleur. Oui bon déjà les douleurs de l'accouchement je ne vois pas en quoi ça nous protège. Qu'on aie super mal ou très très mal, y'a pas à tortiller, le bébé va devoir sortir. Mais bon le principe de l'acupression est de déclencher une autre douleur, le corps du coup est un peu perdu, et secrète des endorphines aussi au niveau de l'utérus, et du coup c'est sensé nous soulager. Ça s'appelle "se faire mal pour avoir moins mal". Oui bon je veux bien, mais pour le moment la sage femme a cherché et trouvé mes points d'acupression, pour le soulagement apporté je n'en sais rien, je n'avais pas de contractions, par contre pour la douleur je confirme, ça marche super bien :o( Alors j'ai la consolation que ça peut m'aider le jour J, et encore... les trouver c'est coton, un peu comme une chasse au trésor, mais pour laquelle je ne sais pas très bien retrouver les points de repère, entre lesquels je dois faire du 1/3-2/3 pour trouver le point, et c'est pas gagné.

Après le couple de crabes, nous faisons des exercices de pas chassés en se lançant une balle. C'est chouette, ça me rappelle les entraînements de handball, sauf que là on est à 1m50 de son partenaire. Du coup je fais ma maligne en proposant de s'écarter un peu. Proposition acceptée par la sage-femme, et du coup on s'écarte. Et devinez qui envoie sa balle n'importe où ? Non non, pas elle, ni les autres filles, mais moi, moi qui précisément ai fait la maligne. Leçon de ridicule. 

Oui bon, la piscine c'est sympa, mais on m'a proposé d'aller à un cours "normal" pour entre autres visiter la maternité. J'y vais donc, missionnée par Lux qui veut savoir où se présenter le jour J. J'arrive donc au milieu de plein de couples, des papas très impliqués qui accompagnent leur compagne. Je suis tellement à la ramasse que je ne savais pas que les papas étaient conviés. Apparemment je ne suis pas la seule car je retrouve une de mes copines baleines (****). Du coup nous formons un couple improvisé histoire de ne pas faire tâche, et en tant que compagnon dévoué je trouve une chaise pour ma femme enceinte. 

S'ensuivent plein d'explications, des que je connais, d'autres non, mais le plus marquant est la présence d'un couple… très bavard(*****). En gros ils ne manquent pas une occasion de se mettre en avant, parlent de leur expérience, comparent sans cesse cette maternité à celle qu'ils ont choisie pour leur premier bébé. On apprend la couleur qu'avait le bouchon muqueux de madame($), le fait que dans leur clinique on n'avait pas le droit de brancher des appareils électriques mais qu'ils y ont quand même mis un radio réveil, qu'ils ne pouvaient pas bien ouvrir les fenêtres, et patati et patata. Je reste calme, me dis que le cours est bientôt fini et que je ne les reverrai plus, mais d'autres se lâchent : à demi voix ils disent que là ça suffit. On entre dans une petite salle où ils entourent la sage-femme et du coup 50% des autres ne voient plus rien, surtout que le monsieur a une certaine carrure, donc il cache bien la vue($$). Et pour couronner le tout, ils passent un certain temps, en se répondant l'un l'autre, à parler de leur précédent accouchement, et de leur bébé de 4kg500. Alors pour ceux qui ne savent pas c'est gros pour un nouveau-né, et le poids de naissance est la hantise des futures maman qui vont devoir laisser sortir ce bébé. Du coup la dame derrière nous, qui attend son premier bébé se décompose peu à peu, et les bavards insistent, au point qu'on se dit avec ma "compagne" qu'on va lui faire un debrieffing à la fin du cours histoire de lui laver le cerveau des blablatages des bavards.

Un petit tour par les salles de naissance, on nous montre les commandes des volets et de la lumière pour se mettre à l'aise, je repère les trois entrées, plus ou moins proches des salles de naissance. On m'a dit que dans la neige il fallait bien prendre la troisième entrée pour limiter le risque de glisser et se casser le cou entre deux contractions, mais là je crois que je ne crains rien. Vient le moment de montrer les étriers, et la sage femme de montrer comment on les mets pour les différentes positions. Vient le moment de parler de la position sur le côté - et là je sens le coup arriver - la sage-femme qui se rappelle que j'ai accouché comme ça me demande si c'était bien comme ça que se trouvait l'étrier lors de la naissance de minipuce. Et là euh bon je n'ai pas le choix, je dois répondre. "Non, pour moi il n'y avait pas d'étrier, j'ai accouché par terre." Oui bon ce n'est pas de ma faute, c'est elle qui a demandé !!

(*) spéciale dédicace

(**) à faire refaire par le papa pendant le travail, ça doit aider à faire descendre le bébé, et c'est plutôt agréable.

(***) enlèèèèèève ta main de la gazinière, elle brûle !

(****) non pas que nous ayons un plus gros ventre que les autres, juste que nous sommes plus aquatiques

(*****)  et nombre d'entre vous savent que je m'y connais

($) pour ceux qui connaissent vous pouvez être dégoûtés, pour les autres je vous déconseille de vous renseigner, vous vivez mieux sans savoir

($$) oui avec mes épaules propres à impressionner un grand… moustique ce n'est pas difficile de me battre.

Repost 0
Published by Blabala - dans A voir - à faire
commenter cet article
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 21:45

Pas si loin de Nancy, il y a un zoo. Un super grand zoo qui héberge à peu près tout ce qu'on peut imaginer comme animaux. Cela va des ours polaires aux rapaces, en passant par des chauve-souris, des gorilles, des otaries, des manchots, des lions, tigres, panthères, autruches, zèbres, rhinocéros, ours bruns, loutres, chameau et j'en passe. 

Armés de beaucoup d'optimisme(*) nous voici tous les 4 en route pour le pays des animaux. Coup de bol monstre, mademoiselle Bulle n'a pas été malade et nous voilà en train de traverser les 12km qui séparent le parking de l'entrée du zoo. Nous étions prévenus mais la note à l'entrée a fait mal. Trente euros pour l'entrée plein tarif ça fait mal. Nous avons profité du fait que Crème avait moins de 3 ans donc ne payait pas, mais bon la prochaine fois on passe par le comité d'entreprise. 

A un tel prix, forcément on y passe la journée. On arrive dès qu'on peut, et on repart quand les filles s'effondrent. Nous voilà donc à arpenter les allées du zoo, passant de découverte en découverte, avec des filles surexcitées qui crient à chaque fois qu'un animal le mérite, c'est à dire souvent. Histoire de se poser, il y a les spectacles. Nous commençons par celui des otaries, ce n'est que bondissement et éclats de rire. Crème est debout à applaudir et Bulle pousse des cris par intermittence, mi-hystérique, mi-rire… au moins une chose est sûre ça leur plaît. Et pour des adultes ? On se rend compte qu'on ne sait pas reconnaître le bruit d'un hippopotame et celui d'une otarie, mais ce que j'ai préféré ce sont les moments où le dresseur faisait signe à son otarie de faire une vague… pour volontairement éclabousser les gens qui passaient le long de la vitre. Sadique moi ? Oui un peu. J'étais bien loin sur les gradins.

Pour les gorilles, ils faisaient une grosse campagne de pub là-dessus, avec des affiches, le fait que c'était un dispositif unique. Bilan au moment où nous sommes passés lesdits primates… roupillaient, au fond de leur espace, et on les a vus immobiles et de loin. On va dire qu'on n'a pas eu de chance question timing.

Après coup il faut le dire, notre aventure était risquée : un seul set d'habits de rechange pour une Crème pas encore propre tous les jours, pas de poussette ni pour rouler une fille qui ne veut plus marcher, ni pour lui faire faire la sieste. Résultat, elle a très bien marché, mais s'est effondrée pendant le spectacle des perroquets. Fort dommage, elle aurait pu les voir faire du 4x4 voire même du patin à roulettes. C'est ce qui m'a le plus plu d'ailleurs, sauf qu'un rabat-joie m'a dit que le patin à roulettes était l'un des numéros les plus classiques pour les perroquets. Pfff. En tout cas nous nous sommes beaucoup amusés. Le dresseur était... spécial, mais le numéro très rigolo, surtout le match d'anneaux à mettre sur une tige, où le dresseur donne volontairement un handicap à l'un des deux oiseaux(**) pendant que l'autre ramasse un a un deux anneaux sur trois. Il finit par lâcher le premier perroquet qui enfile les trois anneaux sur son bec et dans un sprint… perroquesque coiffe l'autre sur le poteau. 

Après un repas dans un restau du coin où je finis par manger les deux barbe à papa des filles, plus tentées par le nom qui sonne comme leurs héros favoris que par le goût, nous remontons en voiture avec les demoiselles bien fatiguées. Elles se sont effondrées dans la voiture au retour où nous les avons juste transférées dans leur lit. Bulle était dans un état second, au point que après qu'on l'a aidée à descendre de la voiture, la demoiselle dans le brouillard s'est aussitôt dirigée… vers son siège auto, dans lequel elle a essayé de remonter. Après un ré-aiguillage les filles ont pu aller continuer leur nuit dans leur lit.

Il nous reste donc plein de souvenirs.

 

AAAaaaargh, je suis dégoûtée. J'avais fait une compil de photos mais mon logiciel de traitement d'images a planté, a mis 20mn à réduire une image, et quand il est arrivé au bout de la barre de défilement, plus rien. Il est taaaard (23h passées) et je laisse tomber. Tant pis pour les photos !

Ajout du lendemain. L'ordi a réussi à se débloquer, donc voici en exclusivité mondiale quelques photos de notre journée au zoo

 zoo.jpg

Oui bon la photo avec moi c'était pour mémoire et pour le gros bidon, pas pour le chapeau ni les lunettes de mouche(***)

 

(*) ou d'inconscience, c'est selon

(**) celui sur lequel les enfants du public avaient parié, ce n'est pas gentil tout de même.

(***) remarquez je suis du coup presque incognito, je peux nier que c'est moi, non ?

Repost 0
Published by Blabala - dans A voir - à faire
commenter cet article

Présentation

  • : Adieu Paris, Bonjour Nancy
  • : Un regard neuf sur une nouvelle ville, un nouveau boulot et un nouveau mode de vie (ou presque). Un peu d'humour souvent, de nostalgie parfois, et plein d'histoires à raconter sur notre nouvelle ville, nous, les moustiques enrhumés... et j'en passe.
  • Contact

Recherche

Archives