Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 22:31

S'il y a une chose sur laquelle repose mon approche de la pédagogie, c'est les Carambar. On ne mesure jamais assez l'apport qu'il peuvent avoir dans la transmission du savoir. Cela sert à la fois à tester la confiance en soi, et en tant que mesure de dissuasion(*).

En gros dans pas mal de mes cours je pose des questions aux étudiants, ou je leur donne des exercices à faire. Ils répondent (souvent), correctement (des fois) mais pas toujours en réfléchissant beaucoup. L'idée de mettre un enjeu c'est de tester la conviction qu'ils ont que leur réponse est vraie. Alors des fois je parie avec eux sur leur réponse. Si elle est bonne je leur donne un Carambar, sinon ils m'en doivent un. Cela les amène à réfléchir un peu plus, à remettre leur solution en cause, bref c'est pédagogiquement intéressant. Et histoire de brouiller les pistes je parie quand je sais que j'ai raison(**), quand je sais que j'ai tort aussi, et même des fois avant de connaître leur réponse. Pourquoi parier des Carambar et pas des Ferrari ? La réponse est simple : outre la valeur symbolique, sa faible valeur marchande encourage les étudiants à parier même s'ils ne sont pas totalement sûr, et surtout elle me garantit d'éviter toute sanction disciplinaire au cas pas si improbable où un étudiant jugerait bon de dénoncer mon comportement peu orthodoxe à ma hiérarchie.

D'ou je sors cette idée tordue de dealer des carambars avec mes étudiants ? Eh bien ça vient de l'époque ou j'étais jeune, avais toute mes dents et aucun cheveu blanc (il y a longtemps donc). Enfin bref, j'étais étudiante, je découvrais la programmation, et j'avais l'orgueil et l'inconscience de prétendre qu'un programme que j'avais écrit mais jamais testé était correct. Du premier coup. Mon enseignant d'alors, d'un air un peu narquois, m'a proposé de parier, un enjeu symbolique et de valeur marchande limitée : un Carambar. J'ai perdu, évidemment, mais j'ai appris. Et depuis je transmets, j'adapte, je fais à ma manière. Un grand merci à Moôôsieur fl à qui je dois en partie d'être devenue ce que je suis (non non le côté barré ce n'est pas de sa faute).

Oui bon jusque là c'est bien sympa, mais il est limite pas drôle ce billet, je ne me suis encore pas ridiculisée, je vous ai habitués à mieux. Ne vous en faites pas, ça vient.

Il y a quelque temps donc j'avais parié et gagné un Carambar auprès d'un étudiant. Comme il est interdit de manger dans les salles de cours, et que je respecte parfaitement cet interdit(***), je l'ai glissé dans ma poche arrière en attendant une irrépressible envie de me déchausser une ou deux dents. Seulement soit j'ai oublié soit l'envie irrépressible s'est fait attendre, et le Caramabar a attendu(*v).

Un jour en rentrant du boulot je sens un truc assez inconfortable et je finis par mettre ma main dans ladite poche, pour sentir que le Carambar a fondu, s'est dérasé au point de sortir de son papier, a envahi la poche et que tout a collé. Poursuivant mon chemin, je tente assez maladroitement de décaraméliser ma poche au maximum. En d'autres termes je marche en faisant ce qui ressemble à se gratter les fesses. La classe totale.

Et qu'est ce qu'il pourrait y avoir de plus sympa que marcher en tentant d'enlever un truc tout collant d'une poche derrière soi et qu'on ne voit pas ? Entendre un "bonjour" et tourner la tête pour voir un étudiant qui a marché derrière soi assez longtemps pour nous voir nous contorsionner, la main sur les fesses, mais pas assez pour savoir qu'il y a une explication pas trop honteuse à ce comportement.

(*) quand on me demande pour la 1000ème fois de corriger la même erreur, je préviens que s'ils me demandent de corriger une telle erreur ça me vaudra un Carambar. En général ils trouvent leur erreur de suite. Magique !

(**) et oui je sais quand j'ai raison. Je suis une pro, non mais ! Bon en vrai une fois j'ai soutenu mordicus un truc totalement faux pendant au moins 5mn à un étudiant (c'est ça que de ne pas connecter ce qu'on dit et ce qu'on droit). Il n'a pas lâché, a fini par me prouver qu'il avait tort… et a gagné un paquet de bonbons.

(***) du moins c'est ce que je prétendrais à mon procès ;o)

(*v) si je récupère une connexion digne de ce nom je pourrai mettre la photo.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Rhalala 05/03/2014 13:24

C'est joli un "Caramabar". :-) Ca s'achète où ?

Blabala 05/03/2014 13:57

Toi tu portes bien ton surnom.
Deux commentaires et deux "rhalalages", tu me gâtes.

Rhalala 05/03/2014 13:21

"a fini par me prouver qu'il avait tort…" Tu ne veux vraiment pas lui donner raison à ce pauvre étudiant ! ;P

Présentation

  • : Adieu Paris, Bonjour Nancy
  • : Un regard neuf sur une nouvelle ville, un nouveau boulot et un nouveau mode de vie (ou presque). Un peu d'humour souvent, de nostalgie parfois, et plein d'histoires à raconter sur notre nouvelle ville, nous, les moustiques enrhumés... et j'en passe.
  • Contact

Recherche

Archives